Coronavirus : Faut-il s’inquiéter?

virus

Alors que la barre des 3.000 décès a été franchie à cause du Covid-19, ce nouveau virus pourrait rejoindre les autres épidémies telles que l’Ebola, la Grippe espagnole, la Peste ou le Choléra. Cette épidémie serait en train de transformer en « pandémie », puisqu’elle prend une ampleur mondiale. En tout cas, c’est l’OMS qui a le dernier mot lorsqu’il faut la déclarer officiellement.

Entre la peste et le choléra, une histoire mortelle…

La première grande épidémie date du milieu du 6e siècle, entre 1346 et 1353, avec la peste dite de « Justinien ». Au 14e siècle, la peste s’est propagée, entraînant plus de 50 millions décès à travers le monde.

Ensuite, les épidémies de choléra, apparues dans les eaux du golfe de Bengale, ont fait rages dans l’Europe au 19e siècle. En 1832, Londres a été frappée par cette épidémie, affectant plus de 7000 personnes. Le bacille virgule, le vibrion cholérique, est découvert à partir de 1854 par l’Italien Filippo Pacini, puis trente ans plus tard par Robert Koch, découvreur du bacille de la tuberculose.

La grippe espagnole


La grippe espagnole (1918), c’est l’épidémie la plus dévastatrice de l’Histoire. Contrairement à son nom, la source de cette grippe provient des Etats-Unis. Selon les estimations, l’épidémie a fait entre 50 et 100 millions de morts. Elle dépasse ainsi le bilan de la première guerre mondiale.

Ebola

La « maladie à virus Ebola », a été identifiée pour la première fois en 1976 dans le nord de la République démocratique du Congo. Les « flambées épidémiques » d’Ebola en Afrique ont fait plus de 15.000 victimes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

SRAS


Le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS) est apparu en Chine, puis il s’est largement répandu dans le monde entier jusqu’en 2003. L’épidémie de SRAS a fait près de 800 morts pour plus de 8.000 personnes infectées entre novembre 2002 et l’été 2003. La propagation de cette épidémie a pu être limitée grâce à la mise en place de mesures barrières, sans médicaments antiviraux.

La grippe “porcine” H1N1

La pandémie H1N1 (peut être appelée “grippe porcine“) est provoquée par un virus de la grippe A de sous-type H1N1. La contamination s’effectue principalement par voie aérienne. D’après Jean-Philippe Derenne, chef du service pneumologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière « Le virus A/H1N1 ne peut pas être appelé grippe porcine, car c’est une grippe interhumaine. Il a en fait une structure très originale en trois parties, l’une porcine, la deuxième aviaire, et la troisième humaine. La grippe est peut-être passée par le porc, mais pour l’instant il n’existe aucune preuve, et le virus n’a pas pour l’instant été isolé chez l’animal. » L’Organisation Mondiale de la Santé avait estimé que la grippe H1N1, avait fait 100.000 à 400.000 décès.

Le nouveau COVID-19


Covid-19, est à l’origine d’une épidémie ayant débutée fin 2019 dans la ville de Wuhan en Chine centrale. Ce virus constitue, selon l’OMS, une maladie infectieuse mais moins mortel que celui du SRAS. En réalité, 87 pays sont concernés, plus de 95.000 personnes sont infectées et 3.300 sont décédées. L’impact de ce nouveau-né du coronavirus est devenu mondial, puisque tous les continents sont touchés. Selon la définition de l’OMS, « on parle de pandémie en cas de propagation mondiale d’une nouvelle maladie ». Pour l’instant, l’organisation refuse cette appellation, au motif que cela « risquerait d’amplifier inutilement les peurs, une stigmatisation et une paralysie des systèmes de santé », a justifié le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.