Covid-19: des parlementaires français appellent le gouvernement à régulariser les sans-papiers

confinement

Une centaine de parlementaires français représentant dix formations politiques ont appelé le gouvernement à régulariser les sans-papiers dans le contexte de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de Covid-19, rapporte le Journal du Dimanche.

Cent-quatre parlementaires ont adressé en ce sens une lettre au premier ministre, Edouard Philippe, dans laquelle ils réclament la régularisation des sans-papiers en France, ajoute le média, qui reproduit le texte de cette lettre sur son site internet.

Les législateurs français souhaitent que l’exécutif français s’inspire des mesures d’ordre humanitaire, sanitaire et financier prises par le gouvernement portugais, dont la régularisation provisoire des immigrés ayant introduit une demande afin d’obtenir les mêmes droits que les citoyens portugais pour l’accès aux soins et aux aides financières.

Rappelant avoir “alerté plusieurs fois” le gouvernement sur la “situation dramatique” des sans-papiers et des sans-abris, ils estiment que la gravité de la crise sanitaire rend encore plus cruciale la prise en compte de leurs conditions de vie et de celles de leurs enfants.

“Nous demandons solennellement au gouvernement français de prendre les mêmes mesures que le gouvernement portugais. La catastrophe sanitaire que nous subissons nous oblige à agir avec responsabilité et sans délai, comme nos amis Portugais l’ont fait”, relèvent les signataires de la lettre, dont le franco-marocain M’jid El Guerrab, député des Français de l’étranger.


Cette régularisation permettra, selon eux, en outre d’améliorer la gestion de la crise sanitaire, en “nous assurant que les personnes qui sont dans une situation qui ne leur permet pas d’accéder aux soins, voire qui sont hors des réseaux d’entraide, puissent être prises en charge au plus tôt en cas de maladie”.

Et de souligner que dans le cadre de la continuité pédagogique mise en place par le gouvernement, cette régularisation permettrait aux enfants scolarisés de ne pas être encore davantage exclus du système scolaire.