A LA UNESanté

Covid-19: L’Afrique a besoin de 484 milliards de dollars au cours des trois prochaines années

Les gouvernements africains auront besoin d’environ 484 milliards de dollars au cours des trois prochaines années pour faire face à l’impact socio-économique de la pandémie et soutenir la reprise économique, a indiqué, jeudi à Sal, au Cap Vert, Kevin Urama, vice-président de la Banque africaine de développement (BAD) chargé de la Gouvernance économique et de la gestion des connaissances.

 » Avant la pandémie, le Groupe de la Banque africaine de développement avait estimé que les besoins d’investissement dans les infrastructures de l’Afrique à eux seuls pouvaient aller de 130 à 170 milliards de dollars par an, créant un déficit de financement annuel de 68 à 108 milliards de dollars « , a déclaré M. Urama, qui s’exprimait à l’ouverture de la Conférence économique de l’Afrique édition 2021, tenue sur le thème  » Financer le développement de l’Afrique post-Covid-19 « .

 » Le déficit de financement des infrastructures de santé était estimé à environ 26 milliards de dollars par an « , a-t-il noté.

« Avec la pandémie qui a mis à nu le besoin urgent de construire une infrastructure de soins de santé de qualité et une capacité de fabrication de produits pharmaceutiques, ces besoins d’investissement ont encore augmenté« , a-t-il relevé.

«  Le Groupe de la Banque estime que les gouvernements africains auraient besoin d’environ 484 milliards de dollars au cours des trois prochaines années pour faire face à l’impact socio-économique de la pandémie et soutenir la reprise économique « , a poursuivi Urama.

Ouverte, jeudi, la Conférence économique africaine 2021 sur le financement du développement à l’ère de la Covid-19 s’achèvera samedi.

→ Lire aussi : Madagascar : la BAD accorde un prêt de 178 millions de dollars pour stimuler les échanges commerciaux régionaux

Cette réunion économique annuelle est organisée, en format hybride, par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique.

Trois jours durant, des dirigeants africains, des chefs de projets, des leaders des technologies de pointe et des économistes discuteront d’options innovantes et durables pour financer le développement post-Covid-19 en Afrique.

La CEA de 2021 sera l’occasion d’approfondir la réflexion sur les institutions et le système financier nécessaires pour assurer une mise en œuvre efficace des mesures de mobilisation des ressources nationales, pour améliorer les réponses réglementaires aux sources de financement émergentes et innovantes, marchés financiers internationaux et financement numérique inclus, et pour accroître la transparence du système financier mondial en renforçant la réglementation et la surveillance des marchés financiers sous-réglementés, ainsi qu’en réduisant les risques systémiques des systèmes bancaires traditionnels et parallèles, selon les organisateurs.

Cette conférence permettra également de discuter de la façon dont le continent peut appréhender la question de la viabilité de la dette dans le financement de son développement et, ainsi, de savoir comment l’Afrique peut croître et se développer durablement en sortant de l’endettement.

Elle permettra aussi aux universitaires établis et aux jeunes chercheurs de présenter aux responsables et décideurs politiques leurs travaux de recherche appliquée.

Il est prévu qu’en fin de conférence, des recommandations politiques soient proposées quant au renforcement du système africain de financement pour aller plus loin dans le cadre de la décennie d’action des Nations Unies axée sur les Objectifs de développement durable.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page