DEPF: Les points importants de la note de conjoncture de juillet 2020

DEPF

Voici les points importants de la note de conjoncture du mois de juillet 2020 de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration:

1. Environnement international:

– Économie mondiale: Le PIB mondial devrait rebondir de 5,4% en 2021, après une contraction de 4,9% en 2020, selon le FMI. Toutefois, les perspectives de reprise post-confinement restent confrontées à des risques élevés, notamment une deuxième vague possible d’infections.

– Zone euro: Forte récession économique prévue cette année (-10,2% selon le FMI), suivie d’un rebond en 2021 (+6%). La contraction serait plus sévère en France (-12,5%), en Italie (-12,8%) et en Espagne (-12,8%) qu’en Allemagne (-7,8%).

– Euro: 1,14 dollar la mi-juillet, marquant une appréciation de 1,7% sur un mois.


– Pétrole : 44 dollars la mi-juillet pour le baril du Brent, en hausse de 11% sur un mois.

2. Tendances sectorielles:

– Secteur primaire: Baisse de la valeur ajoutée agricole de 5% au T1-2020 et de la production céréalière de 42% à 30 millions de quintaux au titre de la campagne agricole 2019/2020.

– Secteur secondaire: Effet négatif du confinement sur l’activité, notamment celle des industries manufacturières (exportations : -20,1% à fin mai ; TUC : -14,4 points à 60,4% à fin mai), production de l’énergie électrique (-8,2% à fin mai) et ventes de ciment (-17,8% à fin juin).


– Secteur tertiaire: Retombées négatives de la crise sanitaire sur le secteur touristique (arrivées : -54% à fin mai), avec toutefois une évolution positive de l’activité du secteur des télécommunications.

3. Ménages et Entreprises:

– Pouvoir d’achat des ménages: Evolution maîtrisée des prix à la consommation (+1% à fin mai), avec toutefois un léger recul des crédits à la consommation (-0,7% à fin mai) et hausse du taux de chômage de 1,4 point à 10,5% au T1-2020.

– Investissement: Hausse des crédits à l’équipement (+6,8% à fin mai), avec toutefois un repli des importations des biens d’équipement (-19,8% à fin mai).


4. Échanges extérieurs:

– Allègement du déficit commercial de 12% à 73,7 milliards de dirhams et dégradation du taux de couverture de 2,3 points à 57,8% à fin mai 2020.

– Repli des exportations de 20,1% à fin mai 2020 (automobile : -39,4%, textile et cuir :-33,8%, aéronautique : -14,6%) et des importations de 16,9% à fin mai 2020 (produits finis de consommation : -23,6%, biens d’équipement : -19,8%, produits énergétiques :-28,8%).

– Les Avoirs Officiels de Réserve permettent de couvrir 6 mois et 20 jours d’importations de biens et services.


5. Finances publiques:

– Aggravation du déficit budgétaire de 65,2% à 29,1 milliards de dirhams à fin juin. Repli des recettes fiscales de 8,5%, consécutivement aux effets du confinement, et à la hausse des dépenses ordinaires de 7,1%.

6. Financement de l’économie:

– Accélération des crédits bancaires (+6,5% à fin mai après +4,4% l’an dernier) :


• Accélération des crédits aux sociétés non financières privées (+11,3% après +2,9%), en rapport notamment avec le recours des entreprises impactées par la crise aux ressources de financement mobilisées dans le cadre de dispositifs de garantie, dont “Damane Oxygène”;

• Ralentissement des crédits aux ménages : +1,5% après +5,8% un an auparavant.

– Evolution positive des indices boursiers Masi et Madex au T2-2020 avec des hausses trimestrielles de 4,78% et 4,82% respectivement, atténuant leur repli depuis le début de l’année à -16,45% et -16,76%.