Des permis périmés menacent un investissement éolien de 30 millions d’euros en Belgique

Des permis périmés menacent un investissement éolien de 30 millions d’euros en Belgique

Des permis périmés menacent un investissement éolien de 30 millions d'euros dans la région belge de Wallonie, rapportent jeudi les médias, citant une source judiciaire.

Selon la même source, le tribunal de première instance de Bruxelles a estimé que les neuf éoliennes wallonnes du projet dit « Greensky » ne bénéficiaient pas de permis valable au moment de leur construction, mettant en péril un investissement de 30 millions d'euros.

Le projet Greensky consiste en un partenariat entre le fournisseur d'énergie Engie-Electrabel (50%), la ville de Saint-Trond (23%), l'Intercommunale bruxelloise d'électricité (17%) et le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire belge Infrabel (10%).

Les neuf éoliennes qui se situent le long de l'autoroute traversant les communes de Lincent, Hannut (Liège), Orp-Jauche et Hélécine (Brabant wallon), alimentent directement le réseau ferroviaire local.

Leur permis unique, valable deux ans, avait été obtenu auprès de la Région wallonne fin 2011. La construction du parc devait commencer au plus tard fin 2013, mais suite à un recours introduit par des riverains auprès du Conseil d'État contre ces permis, Electrael n'avait pas pu débuter le chantier dans les délais impartis, précise la même source.

Alors que le tribunal juge qu'Electrabel avait construit les neuf éoliennes sans permis, le groupe avance que le délai de deux ans était gelé durant le traitement des recours auprès du Conseil d'État.

→ Lire aussi : Maroc-Belgique: Signature de conventions entre opérateurs économiques pour renforcer les échanges

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :