France/Grippe aviaire: évolution favorable de la situation

Grippe aviaire

Le gouvernement français a fait état, samedi, d’une évolution “favorable” de la situation liée à la grippe aviaire et a décidé de ramener le niveau de risque à un niveau “modéré sur l’ensemble du territoire”.

Ce niveau était considéré comme “élevé” depuis le 17 novembre 2020.

“Depuis le 9 avril, seuls deux cas ont été recensés en Haute-Savoie et dans le Bas-Rhin, dans des basses-cours à proximité de zones humides”, indique le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. “Parallèlement, aucun cas dans la faune sauvage n’a été recensé depuis le 23 mars dernier, soit depuis plus d’un mois”, ajoute le ministère.

En conséquence, “les mesures de restrictions, en particulier la claustration, sont ainsi levées, sauf dans les zones à risque particulier (ZRP), où les mesures de biosécurité renforcées, dont la claustration des oiseaux, restent en vigueur”, indique le gouvernement. Ces communes ne seront plus soumises à restriction “dès que le niveau de risque sera ramené au niveau ‘négligeable’.”

Comme plusieurs pays d’Europe, la France est confrontée à un épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) depuis la mi-novembre. La maladie circule activement dans la faune sauvage et se manifeste à l’occasion des migrations vers le Sud. Mais, la situation est maintenant stabilisée dans plusieurs zones touchées du Sud-Ouest, bien que quelques nouveaux foyers sont encore détectés, souligne le ministère dans un communiqué.


À la date du 22 avril, la France comptait 491 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène en élevage confirmés par le laboratoire national de référence (LNR) de l’ANSES.

Par ailleurs, un total de 3,5 millions de volailles (essentiellement des canards) a été abattu dans le Sud-ouest sur ordre de l’administration, suite à la détection de foyers ou de manière préventive pour limiter la propagation du virus.

( Avec MAP )