A LA UNEEconomie

France : le gouvernement catégoriquement opposé au rachat de Carrefour par le canadien Couche-Tard

Le gouvernement français s’est dit catégoriquement opposé, vendredi, au rapprochement entre les groupes de distribution français Carrefour et canadien Couche-Tard, au nom de « la sécurité alimentaire » de la France.

L’exécutif oppose un refus “clair et définitif” à ce rapprochement, a déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

“Ma position, c’est un non courtois, mais clair et définitif”, a insisté le ministre dans des déclarations relayées par les médias du pays.

Mercredi, Bruno Le Maire avait indiqué qu’il n’était “a priori pas favorable” à une telle opération au nom de la “sécurité alimentaire” des Français.

“Cette crise sanitaire nous a appris une chose: c’est que la sécurité alimentaire n’a pas de prix”, a souligné le ministre de l’économie français, évoquant le rôle de la grande distribution pendant le premier confinement pour assurer l’approvisionnement des Français.

“La sécurité alimentaire est stratégique pour notre pays et donc on ne cède pas l’un des grands distributeurs français”, a-t-il encore affirmé.

Bruno Le Maire a également relevé que le groupe Carrefour est le premier employeur privé de France avec près de 100.000 salariés et qu’il “représente près de 20% de la distribution alimentaire dans notre pays”.

Le gouvernement a à sa disposition une réglementation juridique pour s’opposer à ce rachat, notamment la réglementation sur le contrôle des investissements étrangers, qui lui permet de bloquer des opérations de rachat dans l’industrie agro-alimentaire, a affirmé Bruno Le Maire.

“Nous avons l’instrument juridique à notre disposition, je préfère ne pas avoir à l’employer”, mais le ministère de l’Economie l’actionnera “s’il le faut”, a assuré le ministre français de l’Economie.

Depuis janvier 2020, le gouvernement peut bloquer une acquisition lorsque l’investisseur étranger envisage d’acquérir au moins 25% du capital d’une société française. Avant cette date, le seuil était fixé à 33,33%.

En avril dernier, ce seuil a même été abaissé à 10%, d’abord jusqu’à fin 2020, puis jusqu’en décembre 2021, du fait de la crise sanitaire.

Le groupe canadien Couche-Tard a dévoilé mercredi une offre “en vue d’un rapprochement amical” avec le distributeur français Carrefour, et ce dernier a annoncé qu’il allait l'”examiner”.

Dans “une lettre d’intention non-engageante en vue d’un rapprochement amical” adressé au groupe Carrefour, Couche-Tard propose un prix de 20 euros par action qui valoriserait le distributeur français à plus de 16 milliards d’euros hors une dette de plusieurs milliards d’euros que devrait également reprendre le groupe canadien.

Spécialisé dans la vente d’essence (plus de 70% de ses ventes) et les magasins de petit format, le groupe canadien a généré 44,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur le dernier exercice annuel (2019-20).

Le groupe, qui compte plus de 130.000 employés dans le monde (contre 320.000 pour Carrefour), a été créé au Québec en 1980. Il s’est établi aux États-Unis au début des années 2000, en Europe du Nord en 2012 puis sur le marché asiatique fin 2020 via de multiples acquisitions externes.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page