Le partenariat entre la Fondation Lalla Salma et la Fondation Servir le Sénégal est très important pour le Sénégal

Le partenariat qui lie la Fondation Lalla Salma, prévention et traitement des cancers et la Fondation Servir le Sénégal est très important pour consolider les efforts du Sénégal dans la lutte contre le cancer de la femme et l’oncologie pédiatrique, a assuré, lundi à Dakar, le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.

“Je tiens à remercier la Fondation Lalla Salma Prévention et traitement des cancers et la Fondation Servir le Sénégal pour ce partenariat gagnant-gagnant dans un secteur extrêmement vital pour notre pays et pour l’Afrique”, a-t-il déclaré à la MAP, au terme d’une audience accordée à la commission mixte des deux fondations et à laquelle ont pris part, notamment, l’ambassadeur du Maroc au Sénégal, Taleb Barrada et Dr Youssef Chami, chargé de la coopération avec les pays d’Afrique au sein de la Fondation Lalla Salma prévention et traitement des cancers.

A cette occasion, le ministre a indiqué que “le projet pilote qui va être lancé dans un centre d’oncologie à Dakar, dans le cadre d’une coopération entre les deux fondations, revêt une grande importance dans la mesure où il permettra au Sénégal de maitriser le domaine des cancers en termes d’installation d’unités de traitement et de mise en place de maisons de vie permettant d’accueillir les patients et leurs familles”.

“Dans le cadre de la politique menée par le président de la république, Macky Sall, la santé figure au centre des préoccupations, d’autant plus qu’elle constitue le pilier de l’acte 2 du Plan Sénégal émergent (PSE), visant à promouvoir le capital humain”, a-t-il enchainé.


Dans une déclaration similaire, Dr Youssef Chami a noté que la réunion de Dakar entre les deux Fondations se veut la concrétisation de la vision des deux institutions, à travers la mise en place d’un projet pilote de dépistage du cancer du sein et du cancer du col de l’utérus dans la capitale sénégalaise et qui concerne quatre pays, qui sont outre le Sénégal, le Tchad, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Ainsi, a-t-il poursuivi, la Fondation Lalla Salma Prévention et traitement des cancers a déjà acquis les équipements nécessaires et les a mis en place dans le centre médical du district pilote, où les installations sont prêtes à la mise en oeuvre de ce projet d’envergure qui sera lancé le 27 novembre prochain à Dakar.

Les quatre pays (Sénégal, Tchad, Burkina Faso et Côte d’Ivoire) vont pouvoir bénéficier des prestations fournies par ce centre au même pied d’égalité, a-t-il encore dit.

“Notre entrevue avec le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale a démontré l’engagement et la détermination du département sénégalais pour assurer le suivi de ce programme et assurer sa décentralisation avec les autres régions une fois le projet évalué”, a-t-il conclu.