A LA UNEEnvironnement

Indifférent à la pandémie, le taux de CO2 dans l’atmosphère poursuit sa troublante ascension

Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre a atteint un niveau record, le plus haut de l’histoire de l’humanité, soit 419 parties par million (ppm). Deux organismes scientifiques américains: l’Institut d’océanographie Scripps et l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA), viennent de tirer à nouveau la sonnette d’alarme sur les dangers de cette concentration à l’origine du réchauffement climatique. Il s’agit du taux de CO2 le plus élevé depuis le début de l’enregistrement des données il y a 63 ans.

Et le ralentissement économique dû à la pandémie n’a eu aucun impact perceptible sur le niveau des émissions, indique-t-on. Même si le taux d’augmentation de 1,8 ppm durant 2020 était légèrement plus lent que les années précédentes, il demeure dans l’intervalle de variabilité naturelle. La baisse temporaire des émissions mondiales de carbone liée à la pandémie a été noyée par les variations naturelles qui affectent la vitesse à laquelle le carbone s’accumule dans l’air, a indiqué Pieter Tans, scientifique principal de la NOAA, dans une déclaration au site d’information Axios. Tans, ainsi que Ralph Keeling, qui, de son côté, supervise les observations du volcan Mauna Loa, ont tous les deux admis ne pas être surpris que la pandémie, qui a provoqué une réduction des émissions mondiales d’environ 7% en 2020, n’ait pas réussi à ralentir ou à freiner la croissance de CO2 dans l’atmosphère terrestre.

→ Lire aussi : Les émissions de CO2 liées à l’énergie en passe d’atteindre leur niveau d’avant-crise

De même, ils ont affirmé que les émissions nettes de carbone n’avaient pas diminué de manière significative, et pendant suffisamment longtemps pour être perceptibles. « Tant que nous continuons à produire des émissions, le CO2 continuera d’augmenter. Et c’est ce que nous constatons. Même si nous parvenons à geler les émissions nettes« , a expliqué Tans, soulignant la nécessité d’atteindre des émissions nettes zéro dès que possible. Le CO2 a une longue durée de vie, chaque molécule restant dans l’air jusqu’à 1.000 ans. « En termes de civilisation humaine, ces émissions sont éternelles », a-t-il poursuivi, se disant favorables aux projets visant à réduire les émissions à zéro net dès que possible. Pour sa part, Keeling a confié à la publication que les 420 ppm, que la planète dépassera presque certainement l’année prochaine, constituent « un seuil psychologique« , ajoutant que « nous avançons de plus en plus profondément dans un territoire que nous n’aurions presque certainement jamais voulu atteindre« .

Non seulement le CO2 est maintenant à son plus haut niveau, mais il faudrait remonter au-delà du début de l’histoire humaine, précisément à l’époque pliocène, il y a entre 4,1 et 4,5 millions d’années, afin de trouver un moment pendant lequel l’atmosphère terrestre contenait une quantité similaire de carbone, s’indignent les scientifiques. Durant le Pliocène, le niveau moyen mondial de la mer était de près de 25 mètres plus haut, tandis que la température moyenne mondiale était d’environ 7 degré Fahrenheit au-dessus de l’ère préindustrielle. Ces données reflètent une menace majeure pour l’avenir de l’humanité sur Terre.

Le monde a franchi pour la première fois le seuil des 400 ppm en 2013, et n’a mis que huit années pour atteindre la barre des 420 ppm, ce qui prouve que les pays ne parviennent toujours pas à plier la courbe des émissions de façon significative vers le bas afin de ralentir, et finalement d’inverser, le réchauffement climatique. Les chiffres de concentration en CO2 qui, pour certains, peuvent sembler abstraits, correspondent, selon la communauté scientifique, au risque de basculement du système climatique, dont la fonte de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental, qui aurait des conséquences considérables, voire catastrophiques. De nombreuses études montrent que si les concentrations de dioxyde de carbone sont stabilisées, les chances d’inverser le changement climatique seront plus grandes. Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre à longue durée de vie émis par les activités humaines telles que la combustion, la déforestation et l’agriculture.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page