Intempéries et glissements de terrain au Kenya: plus de 100 morts en deux mois

glissements de terrain
glissements de terrain

Plus de 100 personnes sont mortes des suites de glissements de terrain et d’inondations occasionnées par les fortes pluies qui s’étaient abattues au cours des deux derniers mois sur de nombreuses régions du Kenya, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Cyrus Oguna.

Quelque 32 comtés ont été touchés par les glissements de terrain et les inondations et environ 350.000 personnes ont cruellement besoin d’aide, a ajouté M. Oguna lors d’une conférence de presse jeudi soir à West-Pokot, région la plus touchée par les intempéries et glissements de terrain qui ont aussi détruit des routes et des ponts. Il a ajouté que les régions les plus touchées sont West Pokot, Baringo, Elgeyo-Marakwet, Garissa, la rivière Tana, Narok et Kilifi.

Selon les informations disponibles auprès du gouvernement, 16.000 maisons ont été détruites et 11.000 animaux domestiques ont été tués dans les inondations qui ont aussi affecté les secteurs du transports, de l’agriculture et de l’éducation.

→ Lire aussi : Nouveau pic de marée haute attendu à Venise après une inondation historique

“Certaines écoles ont été détruites, mais nous avons réussi à déplacer les élèves dans des zones plus sûres où ils ont terminé leurs examens nationaux sans interruption”, a assuré M. Oguna, qui était accompagné du commissaire du comté de West Pokot, Apollo Okelo.


Il a ajouté que la Kenya Highways Authority est en train de réparer les routes endommagées.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré que des glissements de terrain avaient tué 43 personnes à West Pokot samedi et que sept autres étaient toujours portées disparues.

“C’est le chiffre exact. Nos officiers sont sur le terrain et ont parlé aux familles touchées”, a-t-il déclaré, ajoutant que 1 500 personnes avaient déjà été déplacées.

M. Oguna a estimé qu’il fallait plus de 20 millions de shillings (environ 200.000 dollars) pour les secours dans le West Pokot, touché par des coulées de boue.


“Nous remercions les agences humanitaires qui ont soutenu les efforts du gouvernement mais invitons tout de même les Kényans de bonne volonté à continuer de soutenir cette cause louable”, a-t-il déclaré.