A LA UNEPortraits

Jean-Paul Belmondo, “l’acteur pas comme les autres”, tire sa révérence

Jean-Paul Belmondo, l’un des acteurs les plus reconnaissables, les plus talentueux et les plus célèbres du cinéma français vient de rendre l’âme, ce lundi 6 septembre, à 88 ans.

Né en 1933 à Neuilly-sur-Seine dans une famille d’artistes, il voulait se tracer une carrière de sportif, lui le passionné de la boxe. Contre toute attente, C’est finalement la comédie qui l’attire et il intègre, à 19 ans, le Conservatoire d’art dramatique. « A bout de souffle », le premier film de Jean-Luc Godard, le mettra sur les rails de la réussite en 1960 grâce à son duo avec Jean Seberg.

Vers les années 70, il se taille sa place dans les films d’aventure à grand spectacle et réalise lui-même ses cascades. Et les années 1980 apporteront les triomphes populaires pour « Bébel » sous la direction de Georges Lautner « Le Professionnel » et de Gérard Oury « L’As des as ». Il refuse en 1989 le César du meilleur acteur qu’il avait obtenu pour son rôle dans « Itinéraire d’un enfant gâté », de Claude Lelouch.

Le 8 août 2001, il est victime d’un accident vasculaire cérébral alors qu’il séjourne en Corse. Les sorties de Bébel devenaient rares en raison d’une longue convalescence. En 2009, il retrouve les plateaux de tournage pour le film de Francis Huster, «Un homme et son chien». En 2011, Jean-Paul Belmondo reçoit une Palme d’honneur lors du Festival de Cannes. En 2015, son fils, Paul Belmondo réalise un documentaire sur son parcours, «Belmondo par Belmondo». En 2017, l’Académie des César lui consacre un vibrant hommage, accompagné d’une longue et émouvante « standing ovation », en forme d’adieu à la scène.

« L’As des as » comme on le nommait, est l’un des derniers monstres sacrés du cinéma français qui séduisait le grand public sans grand effort. Ayant joué avec les plus grands cinéastes,  il restera vivant à travers « Singe en hiver », « L’homme de Rio », « Borsalino », « Le Magnifique », « Le Professionnel », « L’As des as », « La sirène du Mississippi » ou encore « Stavisky ». Sa carrière est une succession de succès et de triomphes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page