A LA UNEMaroc

Julien Dray : “Il y a toute une série de lobbys en France qui n’acceptent pas que le Maroc réussisse”

Par Hasna Daoudi

“Le Maroc réussit trop bien et fait beaucoup de jaloux”, assène d’emblée Julien Dray, membre du bureau politique et président de la Cellule Prospective du Parti socialiste français. Pour Julien Dray, “il y a toute une série de lobbys en France qui n’acceptent pas que le Maroc réussisse et qui essaient en permanence d’empêcher sa réussite et d’envenimer la relation entre le Maroc et la France”. 

“La passivité des médias français face aux extraordinaires changements que connait le Maroc n’est pas justifiée. On peut même parler d’animosité des médias français à l’égard du Maroc”, déplore Julien Dray dans un entretien à Atlasinfo.

“A partir de là, relève-t-il, on essaie de monter des cabales contre le Maroc en permanence qui ne sont pas justifiées ni fondées”, estimant que “le Maroc s’affirme de plus en plus politiquement et économiquement, prend une place de plus en plus importante en Afrique, gère bien la crise du Covid…Cela ne plait pas à tout le monde”.

Selon Julien Dray, “cette approche négative n’est acceptable ni supportable. Aujourd’hui, le Maroc est la référence dans la région”.

Et d’insister: “Il faut mettre en avant ce modèle marocain qui marche et le Maroc a la chance d’avoir un Roi extraordinaire qu’il faut saluer”.

Réagissant aux élections du 8 septembre dernier, M. Dray estime que “ce qui s’est passé au Maroc est exemplaire. C’est par les urnes que le peuple marocain a sanctionné sévèrement le parti islamiste, PJD. Les islamistes  ont été sanctionnés par les urnes”.

Cette grosse défaite du parti islamiste est une inspiration du peuple marocain à tourner la page”, poursuit-il, ajoutant que “le futur gouvernement a une énorme responsabilité. Il a gagné en battant les islamistes. Les 100 premiers jours seront déterminants”.

Selon Julien Dray, “ce qui s’est passé au Maroc le 8 septembre peut servir d’exemple aux autres pays de la région”, note-t-il, indiquant que “la Tunisie se porte mal” et que l’Algérie est  “dans une fuite en avant”.

“Comme la situation est critique, l’Algérie remet en permanence la question du Sahara sur le devant de la scène. Une  manière d’essayer de réunifier sa population face à un supposé “ennemi” pour ne pas regarder, ne pas résoudre ses vrais problèmes, qui sont ceux d’en finir avec la corruption, d’avoir un gouvernement représentatif en phase avec le peuple algérien”, souligne Julien Dray.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page