La Chine est freinée dans sa répression des Ouighours

Ouighours

L’administration Trump est en train d’examiner les moyens de freiner l’exportation de la technologie américaine que le gouvernement chinois pourrait utiliser pour surveiller et interner des musulmans appartenant à une minorité musulmane, selon des informations faisant état de détentions massives d’ethnies ouïghours dans la région du Xinjiang.

Dans une lettre adressée aux dirigeants d’un comité du Congrès et examinée mardi par Reuters, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré que son département, en consultation avec le département d’Etat et d’autres agences, pourrait annoncer des changements de politique d’exportation dans les semaines à venir.

«Nous procédons à cet examen avec célérité et prévoyons de publier des amendements au règlement sur les exportations (EAR) plus tard cet automne», a déclaré Ross dans une lettre au sénateur Marco Rubio et au représentant Chris Smith. Ross a ajouté que l’examen avait notamment consisté à déterminer s’il fallait ajouter des particuliers, des entreprises et d’autres Chinois à une liste d’entités soumises à des exigences de licence spéciales, à réviser la politique en matière de licences et à mettre à jour les technologies contrôlées pour la protection des droits de l’homme.

→ Lire aussi : La Chine et les pays arabes : intérêts réciproques

L’administration du président Donald Trump contre la Chine aurait rarement pris une décision en matière de sanction des droits de l’homme. C’est avec elle qu’elle se trouverait engagée dans une guerre commerciale tout en sollicitant l’aide de Beijing pour résoudre le conflit sur les armes nucléaires de la Corée du Nord.


Rubio et Smith, les dirigeants républicains de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine, ont écrit à Ross en septembre pour exhorter le gouvernement à élargir les sanctions imposées à la Chine pour son traitement des minorités musulmanes. La lettre de Ross était une réponse à cette lettre. Le mois dernier, le Département d’Etat avait exprimé sa profonde inquiétude face à la «répression croissante» de la Chine dans la région du Xinjiang, alors que les autorités envisageaient des sanctions contre des hauts responsables chinois et des entreprises liées à des allégations de violation des droits de l’homme.

La Chine a appelé les autres nations à respecter sa souveraineté, affirmant que le Xinjiang était confronté à une grave menace émanant de militants islamistes et de séparatistes qui complotaient des attaques et attisaient les tensions.

Reuters