A LA UNEMonde

La croqueuse du Canard enchaîné croquée ou la passion triste du journalisme couché

Par Hossein Aït Marghad

Anne-Sophie Mercier a la réputation d’être une croqueuse .La chroniqueuse du « Canard enchainé », critique beaucoup, mais avec son dernier article, elle ne manque, certainement pas, de culot.

Lorsque l’empereur byzantin Nicéphore avait, dans une lettre adressée au calife abbasside, Haroun Al-Rashid, montré un peu trop d’entrain, ce dernier pour le remettre à sa « petite » place, avait répondu, par le style identique… au dos de cette même lettre.

C’est un peu avec cet état d’esprit qu’on se permet, aujourd’hui, de répondre à cette « petite carcasse » d’Anne-Sophie Mercier, qui, dans sa chronique du 28 juillet 2021 s’est permise de fustiger, dans un style digne, non pas du « Canard enchainé » mais bien d’un « connard boiteux », le patron du contre-renseignement marocain à la lumière des récentes révélations sur le « Projet Pegapshiit ».

En effet, Anne-Sophie Mercier, dans un exercice purement humaniste, « à sa façon », avait cru bon de pointer du doigt le responsable sécuritaire marocain, qui, de son goût (et de celui qui lui a commandé l’article), semblait fourrer son nez un peu trop loin…. pour un patron du renseignement.

C’est ainsi, qu’elle s’est entourée, pour mieux cerner le personnage, d’experts en leurs domaines respectifs, à l’instar d’Ignacio Cembrero, le sherpa de la Moncloa, par qui on a appris, que Hammouchi aurait espionné le Roi, car les élites du pays étaient choqués du rapprochement entre le Souverain et … les frères Azaitar ! (WOW !!!)

Plus loin, c’est à travers un témoignage du pamphlétaire, Jean-Pierre Tuquoi, présenté comme « l’auteur d’un livre très sévère sur Mohammed VI », qu’Anne-Sophie Mercier veut nous révéler l’envers du décor marocain, avant de conclure avec une citation de Vincent Hugueux, auteur à succès de récits à dormir debout sur les coulisses du palais royal, dans les colonnes de « L’Express ».

Si on ne peut reprocher, sous le principe de la sacrosainte « liberté d’expression », à l’ancienne journaliste de « Charlie Hebdo » de s’en prendre à un haut commis d’Etat étranger, dont les précieuses informations ont, tout de même, permis de neutraliser le terroriste derrière l’attentat contre la rédaction de…. « Charlie Hebdo » en 2015, on ne peut s’empêcher de critiquer l’incroyable culot de cette « caïd » de la bien-pensance, qui se permet de donner des leçons sur les droits de l’homme, alors que des crimes contre l’humanité sont commis au sein de son propre cercle familial, cote géniteur : l’adage “l’hôpital se moque de la charité” n’a jamais autant cadré que dans le présent cas.

Camouflage tous azimuts

Car oui ! Anne-Sophie Mercier n’est autre que la progéniture du général d’armée, Philippe Mercier, ayant occupé, entre mai 1994 et août 1995, le poste de chef du cabinet, du très sulfureux, ministre français des armées, François Léotard.

Ainsi, « Papa Mercier » durant ce court mandat, qui a duré un peu plus d’un an, a été le principal conseiller et soutien, d’un ministre impliqué, dans deux des plus grands scandales de l’histoire contemporaine française, à savoir « L’Opération Turquoise » où la France est accusée d’avoir servi les intérêts des génocidaires hutus au Rwanda et « l’affaire Karachi », ayant entrainé la condamnation, en mars 2021, de François Léotard, à deux ans de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende, pour complicité dans le financement de la campagne présidentielle de Balladur en 1995, via des retro-commissions illégales versées en marge d’importants contrats d’armements signés entre septembre et novembre 1994.

D’ailleurs, le 8 mai 2002, 11 employés français de la « Direction des Constructions Navales » (DCN) ont tragiquement trouvé la mort dans un attentat à Karachi au Pakistan, considéré comme un acte de représailles à l’encontre de la France, suite au non-versement de retro-commissions promises…en 1994, à des officiels pakistanais.

Bien sûr « Papa Mercier » a toujours pu dormir sur ses deux oreilles. Invité à s’expliquer lors d’audiences parlementaires sur ces sujets, celui-ci a, sans hésitation, assumé ses responsabilités, comme en témoigne les extraits des comptes-rendus ci-dessous.

Ah! Les furtifs amours tarifés, les lâchetés, les mensonges, les misérables petits tas de secrets de…. famille!!Beaucoup s’en délectent, certains consacrent leur vie à vouloir les camoufler, en prônant le mantra : « la meilleure défense, c’est l’attaque ».

Mais, sachant que votre attaque est si prévisible et votre défense si frileuse, il est préférable de changer de tactique, chère Anne-Sophie…

A bon entendeur, Salut !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page