La diversification de l’économie a permis au Maroc de résister aux chocs

La diversification de l'économie a permis au Maroc de résister aux chocs

La politique de diversification économique que le Maroc a adoptée depuis bien d’années lui a permis de prémunir son économie et de résister aux chocs survenus dans le monde, a affirmé, mercredi à Manama, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid.

Grâce à cette diversification, qui repose sur plusieurs secteurs stratégiques et est axée sur le renforcement du partenariat économique avec les pays du Golfe, l’Inde, la Chine et la Russie, le Maroc a géré “avec succès” la crise économique mondiale de 2008 ainsi que ses incidences négatives, a dit le ministre lors d’une session sur “l’adaptation de la politique financière avec la croissance économique” lors du séminaire “Bawabate al-Khaleej” dont les travaux se sont ouverts, mardi à Manama.

“La diversification économique et la conclusion de nouveaux partenariats constituent les bases d’une économie nationale solide, résiliente et capable d’amortir les chocs économiques“, a-t-il soutenu.

Selon M. Boussaid, le Maroc aspire en permanence à nouer de nouveaux partenariats et à drainer des investissements vers les secteurs stratégiques vitaux, notamment les énergies renouvelables, l’industrie, le transport et l’agriculture où le Royaume a accompli “un progrès notable et d’importantes réalisations” à la faveur des efforts déployés par le gouvernement sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.


>>Lire aussi : Examen des perspectives de coopération dans le domaine de la statistique entre le HCP et Paris21

Sur un autre registre, le ministre a relevé que parmi les questions importantes retenant l’attention de plusieurs pays, figure la capacité du budget général à réussir à stimuler la croissance, à créer des emplois et à canaliser des investissements privés, particulièrement à la lumière des conflits géostratégiques qui sévissent dans le monde et des fluctuations des prix des produits de base.

De l’avis de M. Boussaid, ces pays se doivent de diversifier leurs économies respectives, d’adopter une nouvelle politique fiscale et de rationaliser leurs dépenses publiques en vue de disposer des moyens financiers nécessaires à la poursuite des processus de développement.

Le Séminaire “Bawabate al-Khaleej”, qui se poursuivra jusqu’à jeudi, connait la participation de quelque 500 investisseurs et responsables internationaux qui débattront des opportunités d’investissements dans la région du Golfe.


Les séances plénières de cet événement examineront les opportunités et les défis constatés dans le cadre de la mutation économique que connait le Golfe, le développement du capital humain, les effets des nouvelles technologies outre les opportunités découlant de la coopération entre les pays du Golfe et des partenaires internationaux comme les Etats-Unis d’Amérique, l’Europe et la Chine.