Le gouvernement libyen d’union nationale tient les forces de Haftar pour responsable de la résurgence du groupe terroriste «EI»

Haftar

Le gouvernement libyen d’union nationale (GNA), soutenu par la communauté internationale, a tenu samedi les forces du général à la retraite, Khalifa Haftar, pour responsable de la réapparition du groupe terroriste autoproclamé “Etat islamique” (EI/Daech) dans le sud de la Libye.

Dans un communiqué, le gouvernement souligne que “le Conseil présidentiel tient Haftar directement responsable du retour de l’EI à ses activités, après que les services du gouvernement d’union nationale aient réussi à éliminer l’organisation et à poursuivre le restant de ses forces ainsi que ses cellules dormantes“.

Cette déclaration intervient à la suite d’une attaque meurtrière perpétrée par l’EI contre un centre d’entraînement de l’armée à Sabha (sud) et qui a coûté la vie à neuf soldats.

Depuis janvier dernier, la ville de Sabha, la plus grande du sud du pays, est sous le contrôle des forces de Haftar qui ont lancé début avril une offensive contre l’ouest de la Libye, en particulier Tripoli.

Les affrontements ont fait à ce jour 400 morts, 2.000 blessés et plus de 50.000 déplacés.


Les banlieues de la capitale ont été le théâtre d’affrontements armés depuis que les forces de Khalifa Hafter se sont déplacées vers Tripoli, le 4 avril, et font face aux forces du GNA.

Les Nations Unies, l’Union européenne et de nombreux autres pays ont condamné l’action militaire des forces de Hafar et l’ont considérée comme une atteinte à tous les efforts déployés pour parvenir à une solution politique en Libye qui mettrait fin à la crise dont s’engouffre le pays depuis 2011.