Le nouveau système de contrôle des produits industriels à l’importation en débat à Casablanca

contrôle
contrôle

Le nouveau système de contrôle des produits industriels à l’importation a été au centre d’une rencontre tenue, mardi à Casablanca, à l’initiative de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Casablanca-Settat.

Cette réunion, organisée en partenariat avec le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique s’assigne pour objectif d’informer les transitaires sur le nouveau dispositif de contrôle des produits industriels à l’importation, qui constitue une avancée majeure au service du consommateur et de l’opérateur économique.

De l’avis du président de la Chambre de Commerce, Yassir Adil, ce système va permettre d’avoir un contrôle sur une liste de produits importés en respectant les normes internationales, et de réduire le temps de traitement des demandes des importations.

Ce dispositif de contrôle permettra aussi aux producteurs locaux de “challenger” en termes de qualité et de produit et de protéger le consommateur marocain quant aux produits provenant de l’étranger, a-t-il renchéri. S’agissant des institutions qui vont se charger de ce contrôle, M. Adil a cité notamment le ministère, l’administration des douanes et impôts indirects ainsi que les opérateurs ayant signé des conventions avec ledit ministère.

Pour sa part, Mohamed Benjelloun, le directeur de la Protection du consommateur, de la surveillance du marché et de la qualité, au sein du ministère, a relevé que ce système vise à atteindre trois objectifs principaux, à savoir la protection du consommateur, la mise en place des conditions nécessaires pour une concurrence loyale entre les opérateurs économiques et la fluidification des opérations de contrôle.

→ Lire aussi : Le gouvernement approuve la suspension des droits d’importation sur le blé tendre et ses dérivés

En effet, ce système repose sur trois piliers, à savoir la numérisation du système du contrôle, l’amélioration continue des procédures et la participation d’organismes d’inspection externes (il s’agit d’Applus Fomento, Bureau Veritas et Tuv Rheiland), a-t-il poursuivi.

Ce système, qui bénéficiera à la fois aux consommateurs, aux opérateurs économiques, aux laboratoires et centres techniques industriels ainsi qu’à l’administration, permettra également de mettre en garde les consommateurs contre les produits dangereux, d’améliorer le suivi des produits importés, de développer l’infrastructure marocaine de contrôle et de créer des opportunités de partenariats avec des sociétés d’inspection en vue d’améliorer la qualité du contrôle lors des exportations, a ajouté M. Benjelloun.

Les importateurs de produits industriels soumis au contrôle à l’origine seront tenus de fournir des certificats de conformité délivrés par les trois organismes d’inspection désignés pour les produits déclarés à l’importation et soumis au contrôle réglementaire, dès le 1er février 2020, date d’entrée en vigueur du nouveau système.

Pendant une période de transition qui s’étalera jusqu’au 20 avril 2020, les importateurs pourront continuer à soumettre leurs importations au contrôle au Maroc pour les produits de leur choix.

Il s’agit d’un contrôle au niveau des postes frontières du Royaume portant sur les Pièces de rechanges automobiles (pneus, batteries, garnitures de frein, vitrage, éléments filtrants, câble de commande mécanique), Produits de construction (carreaux céramiques, ciment, feuilles d’étanchéité, les produits sanitaires, la robinetterie, Tubes en matière plastique), Panneaux en bois, Appareils à gaz (appareils de chauffage à gaz, chauffe-eaux à gaz), Fil machine et fer à béton, articles d’habillement autres que vêtements de travail, Produits électriques (Chargeurs pour téléphones portables, disjoncteurs), Couvertures, Tapis, Moquettes et Tissus d’ameublement et Couches bébés. Ce schéma prévoit également le contrôle dans les pays d’expédition pour le reste des produits industriels.