Le président tunisien appelle à éviter l’escalade militaire en Libye

Le président tunisien

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi a appelé, mercredi, à éviter l’escalade militaire en Libye en proie depuis plus d’une semaine de combats meurtriers.

Le président tunisien à réaffirmé “la position de la Tunisie qui appelle à éviter l’escalade militaire et à mettre fin à l’effusion de sang en Libye“, lit-on dans un communiqué de la présidence tunisienne publié à l’issue d’une entrevue avec Ahmed Miitig, vice-premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA).

Il a souligné l’impératif pour tous les intervenants de faire prévaloir l’intérêt du pays sur toute autre considération et à adopter le dialogue et le consensus pour surmonter les conflits.

La solution à la crise libyenne doit être politique et inter-libyenne, et ce sous l’égide des Nations unies“, a-t-il insisté.

→ Lire aussi : Le président tunisien ne veut pas briguer un second mandat


Selon la même source, l’entretien a porté sur “le développement de la situation en Libye et ses conséquences sur le peuple libyen et sur la Tunisie et les pays du voisinage“.

Les deux parties ont également passé en revue les efforts déployés pour arrêter les opérations militaires et ouvrir la voie au dialogue et aux négociations entre les différentes factions libyennes, sous le parrainage des Nations unies, indique le communiqué.

Au moins 189 personnes ont été tuées et 816 blessées depuis le déclenchement, le 4 avril dernier, des hostilités au sud de Tripoli entre les forces du maréchal Khalifa Haftar et celles du GNA, reconnu par la communauté internationale.

Depuis la chute de régime de Mouammar Kadhafi en 2011, des milices rivales s’adonnent à une lutte d’influence pour dominer la capitale et contrôler les institutions et les richesses du pays, plongé dans le chaos.


En plus des combats au sol, les deux camps mènent quotidiennement des raids aériens et s’accusent mutuellement de viser des civils.