Le secteur de la formation professionnelle se dote enfin d’un centre à la hauteur de ses ambitions

Après avoir été doté de nombreux bâtiments en ciment, le secteur de la Formation professionnelle va enfin pouvoir avoir ses ressources humaines. En effet, dans le cadre d’un projet pilote, unique en son genre, au Maroc, le premier Institut national de formation des formateurs et des tuteurs, porté par le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique ouvrira bientôt ses portes à Tamesna.

Il était temps. Pour la première fois au Maroc, un centre spécialement dédié à la formation des formateurs verra le jour. Le projet est porté par le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique et ouvrira bientôt ses portes dans la ville nouvelle de Tamesna, dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. Ayant nécessité une enveloppe budgétaire de 78 millions de dirhams, l’Institut national de Formation des formateurs et des tuteurs (INFFT) a pour objectif de doter le dispositif de la Formation professionnelle d’une institution nationale spécialisée dans le renforcement du professionnalisme du personnel d’encadrement pédagogique et administratif (formateurs, tuteurs, directeurs…) ainsi que la recherche et développement en ingénierie de la formation.

En effet, après une stratégie de massification intense ayant abouti au doublement du nombre des centres de formation professionnelle construits et à la multiplication par plus de 13 fois de leurs capacités d’accueil entre 2000 et 2018, il était temps de penser aux ressources humaines qui allaient y enseigner. « Aujourd’hui, malgré le nombre important des centres de Formation professionnelle, nous déplorons un manque de professeurs qualifiés. C’est la raison pour laquelle nous avons pensé à la création de ce centre qui reste un projet pilote et sans précédent au Maroc », a déclaré Saaid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, qui a effectué ce 17 septembre, une visite au chantier de construction de cet institut, en compagnie de Arafat Atmoun, Secrétaire général du Département de la Formation professionnelle.

Dans le détail, l’INFFT sera doté d’importantes compétences chargées de l’encadrement des formateurs avec une capacité d’accueil de quelque 200 formateurs, en plus d’une salle de séminaire, des installations informatiques et des salles multimédias. L’Institut assurera, par ailleurs, annuellement, la formation pédagogique initiale de quelque 350 formateurs en plus de la formation continue au profit de 2.200 cadres pédagogiques et administratifs comprenant des directeurs d’établissements, directeurs pédagogiques, formateurs et tuteurs relevant des différents opérateurs publics et privés. Il fonctionnera sous la tutelle du Département de la Formation professionnelle. À noter que pour s’assurer de la qualité des ressources d’élite qui seront formées dans l’Institut, des conditions d’entrée sont exigées, notamment de disposer d’un diplôme de type Bac+5 avec une expérience professionnelle obligatoire probante dans les métiers de la Formation, dans l’entrepreneuriat ou des unités industrielles.


Saaid Amzazi a également affirmé, lors d’une visite au chantier du campus technologique vert de l’Université Mohammed V de Rabat, que le pôle technologique, grâce à ses équipements et formations, sera l’un des plus importants au niveau national. Ce campus, poursuit-il, a nécessité une enveloppe budgétaire de 180 millions de dirhams, ajoutant qu’il comprendra une école d’ingénieurs, de commerce et de gestion, des laboratoires, des salles spécialisées, ainsi qu’une cité de l’innovation. Le ministre a relevé qu’un grand effort d’équipement a été déployé pour la réalisation de ce chantier, affirmant que le campus devra voir le jour en janvier 2022.