A LA UNEEconomie

Le secteur touristique marocain toujours dans le flou

Alors que les nouveaux variants de la Covid-19 commencent à se propager dans de différentes régions du Maroc, des experts préviennent de l’arrivée d’une troisième vague. Dans ce contexte exceptionnel, le secteur touristique navigue dans le flou. Entre fermetures et réouvertures, les professionnels du secteur subissent les dures conséquences de cette incertitude qui plane sur leurs activités.

Aujourd’hui, de nombreux gouvernements ont remis en question leurs efforts d’assouplissement des restrictions sur les voyages, suite à l’apparition des nouvelles souches du SARS Cov-2. Au Maroc, depuis quelques semaines, les liaisons avec plusieurs pays qui attirent un nombre important de touristes, comme l’Espagne, la France, l’Allemagne et la Turquie ont été suspendues, et ce, dans le cadre des mesures préventives contre la propagation de la pandémie de la Covid-19, avait indiqué le ministère du tourisme dans un communiqué.

Le tourisme interne a lui aussi été impacté par la propagation du variant britannique. En témoigne notamment la fermeture de la ville de Dakhla il y a quelques semaines après qu’une quarantaine de cas ont été recensés. La Wilaya de cette région a décidé l’interdiction de tout voyage à destination et en provenance de la ville ainsi que la fermeture de tous les établissements publics. Un coup dur pour la Région qui a connu dernièrement une importante affluence d’investisseurs étrangers.

En outre, le dispositif de veille génomique du Sars-CoV2, mis en place par le ministère de la Santé, a annoncé, tout récemment, la détection et la confirmation de la circulation du variant britannique et sa propagation dans sept régions du Royaume.

Le secteur touristique a enregistré des pertes énormes depuis l’apparition de la Covid-19 et la fermeture des frontières, et continue de subir de plein fouet les effets de la crise cette année. Les recettes touristiques ont reculé de 67,2% à fin janvier 2021, après une hausse de 13,9% un an auparavant, soit une perte de 4,5 milliards de dirhams, selon la dernière note de conjoncture de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). Pour le volume des arrivées, il s’est replié de 78,9% à fin novembre 2020 et celui des nuitées de 72,3%, au lieu des hausses de 5,3% et 5,2% enregistrées respectivement un an plus tôt.

Pour faire face à cette crise dont on ignore encore la date de fin, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) s’est mobilisée pour aider les opérateurs du secteur à surmonter cette épreuve et a annoncé, la prolongation des aides au secteur jusqu’au 31 mai 2021, au profit des salariés et stagiaires.

Pour sa part, le Comité de veille économique (CVE) a décidé de proroger le dispositif de garantie «Damane Relance», au 30 juin 2021, «afin d’accompagner la demande exprimée par les opérateurs économiques privés et publics et permettre également la finalisation des dossiers toujours en cours de formalisation». Dans ce sens, le CVE a noté avec satisfaction les résultats positifs obtenus grâce aux différents produits de garantie mis en place pour couvrir les besoins de financement des entreprises affectées par la crise de la Covid-19.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page