L’égalité des chances pour renforcer l’accès au marché du travail pour les femmes

La promotion de l’auto-emploi des femmes passe essentiellement par des actions axées sur le renforcement de l’accès de la gent féminine au marché du travail et la concrétisation de l’égalité des chances, dans sa dimension globale, a affirmé, samedi à Rabat, le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki.

« L’auto-emploi attire au niveau national, environ 33 pc de la main œuvre », a indiqué le ministre à l’occasion d’une rencontre organisée à Salé, par l’Association Bouregreg en partenariat avec la Chambre de l’artisanat de la région Rabat-Salé-Kénitra et l’Université internationale de Rabat (UIR) et placée sous le signe « La femme et l’auto-emploi », estimant toutefois que ce taux demeure « faible ».
Le progrès des sociétés demeure tributaire des conditions de promotion du rôle socio-économique des femmes, a-t-il fait noter, soulignant que le Maroc dispose de plusieurs mécanismes pratiques et programmes visant à faciliter la création d’entreprises et l’adhésion à des activités liées à l’auto-emploi.

Pour sa part, Noureddine Chemaou, président de l’Association Bouregreg a affirmé que l’auto-emploi représente pour la femme un pilier essentiel pour son intégration sociétale et pour la réalisation d’un développement économique, outre la création de richesse sur les plans individuel et national, en vue de faire face au chômage et à la précarité.
« La femme marocaine a pu, en dépit des contraintes rencontrées, réaliser des progrès importants dans le domaine de l’auto-formation », a-t-il dit, mettant l’accent sur l’importance d’encourager les initiatives individuelles et soutenir les projets favorisant les activités rémunératrices et la diffusion de la pensée entrepreneuriale.

Il a, en outre, souligné que la dynamique que connaît le secteur de l’auto-emploi provient des efforts consentis par diverses institutions gouvernementales et par la société civile, à travers plusieurs lois et programmes, en particulier l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui a accompagné et soutenu une multitude d’entreprises féminines, contribuant ainsi au renforcement de l’esprit d’initiative pour la création des entreprises et à la promotion du secteur non-structuré afin d’intégrer le tissu économique national.
De son côté, le président de la Chambre d’artisanat de la région de Rabat-Salé-Kénitra, Abderrahim Zemzami, a indiqué que l’artisanat constitue « un terrain fertile » où les femmes ont pu se distinguer en matière d’innovation, de production et de gestion des entreprises, faisant remarquer que les femmes représentent plus de la moitié du nombre des travailleurs dans le domaine.


Ainsi, « la Chambre s’assigne pour objectifs de développer les capacités créatives des femmes en les encourageant à produire et à commercialiser leurs produits, selon des méthodes modernes », a expliqué Zemzami. Lors de cette rencontre, plusieurs intervenants ont également mis en exergue l’importance de l’auto-emploi et du rôle des femmes dans la réalisation du développement et de la promotion de la situation socio-économique, ainsi que la nécessité d’encourager et d’élargir les initiatives individuelles et la création des entreprises.