Les gilets jaunes continuent leur défiance en France

Les gilets jaunes

Une information, qui faisant la une des médias français montre les gilets jaunes continuant leur lutte. Dans son pacifisme, un maintien de la pression et une idée de ras le bol à faire connaître. Il assiègent l’opinion publique face au président Emmanuel Macron qui à l’air bien embarrassé. Ce sont près de 150 sites qui ont été bloqués.

D’apres le site de RT France, le Premier ministre français s’est exprimé sur le mouvement de contestation lors du JT de 20h de France 2, assurant que le gouvernement ne changerait pas de cap. Des manifestants se sont rassemblés pour tenter de l’interpeller, en vain.

Le Premier ministre français Edouard Philippe s’Y etAIT rendu pour une interview. Lors de son intervention, il a défendu l’action du gouvernement, assurant notamment que : «Ce n’est pas quand ça souffle qu’il faut changer de cap.»

«Edouard, on est là !», ont scandé les manifestants devant le bâtiment pendant l’intervention d’Edouard Philippe.

«On ne veut pas que le peuple soit mis sous perfusion d’aides. Ce qu’on veut, c’est que [l’Etat] diminue les taxes», a expliqué au micro de RT France Jean-Claude Resnier, président de l’association des VTC de France.


Présent également sur place, un membre de l’association a exprimé son indignation.

→ Lire aussi : Hausse des carburants : le gouvernement comprend la colère des Français, affirme maintenir le cap fixé

«On est venus pour exprimer notre colère. L’association des VTC de France est solidaire des “gilets jaunes”. On subit les mêmes pertes financières. On est taxés de partout…»

«On va rien lâcher !», a averti un autre manifestant critique de la politique du gouvernement.


Au lendemain de la mobilisation des “gilets jaunes”, Edouard Philippe a assuré, le dimanche 18 novembre, avoir entendu la “colère” et la “souffrance” mais veut maintenir le “cap”. Les blocages et barrages filtrants, eux, se poursuivent dans plusieurs régions ce lundi 19 novembre.

Des blocages poursuivis par les gilets jaunes dans plusieurs lieux notamment des autoroutes, rond points et même Disneyland.

Le bilan humain est néanmoins lourd avec un mort, une manifestante de 63 ans percutée par une conductrice prise de panique, et plus de 400 blessés – dont 14 cas graves, y compris parmi les forces de l’ordre. Les dégradations ont également été nombreuses, et 282 personnes ont été interpellées.

Abdellah Chbani