Les vidéos de trop d’une coach mettent le « coaching » au banc des accusés

Nahed Rachad
Nahed Rachad

Il est indéniable que le coaching est un art avant qu’il ne soit une discipline et un savoir faire qui en englobe plusieurs autres et donc n’est pas coach qui veut. Mais certains peuvent dériver des fois vers “des discours incorrects” et “inadéquats avec l’évolution de la société”. Le cas flagrant est celui de la « coach » Nahed Rachad, dont les propos enflamment la toile, en raison d’une métaphore qu’elle a employée, dans ses vidéos, comparant les femmes à … des biens immobiliers !

Dans des vidéos publiées récemment sur les réseaux sociaux, la « coach » Nahed Rachad fait la promotion d’un séminaire de couple, qu’elle tiendra prochainement, mais les choses ont pris une tournure inattendue pour elle. Accusée d’un discours sexiste et rédhibitoire pour l’image de la femme marocaine, ses propos l’ont mise sous le feu des critiques.

Pour elle, la femme devrait ressembler à « une villa à vendre et non pas un appartement à louer», pour maximiser ses chances de trouver un mari. Une métaphore qui a manifestement provoqué l’ire des femmes et des hommes marocains. Comme si le mariage était une fin en soi dans la vie ! Pis encore, elle conseille aux femmes de prétendre « avoir peur des cafards » et « d’adopter l’attitude du chat », une fois sous le toit conjugal, pour préserver leur foyer.

Par conséquent, la « coach » a fait l’objet d’une avalanche de commentaires négatifs de la part des internautes, surtout parmi les jeunes, rejetant les idées que Nahed Rachad a tenté de véhiculer à travers ses vidéos, récemment publiées sur les réseaux sociaux. Elle, de son côté, persiste, signe et continue de se défendre assumant complètement ce qu’elle a dit sur la toile.

Or, le travail de coach consiste, en principe, à procurer à la personne une meilleure connaissance de sa réalité et de lui permettre de travailler sur sa personne, non pas d’enraciner de fausses idées qui confirment davantage la domination masculine qui existe dans la société.


Il va sans dire que le coaching est une discipline basée sur des principes et régie par un code déontologique que les professionnels de ce métier sont tenus de respecter, en choisissant leurs mots et en assumant les conséquences.

Toutefois, au Maroc, il existe diverses formations qui donnent le titre de coach à qui veut et à qui paye mais qui ne sont pas forcément reconnues. Aussi faut-il bien choisir son coach avant de s’adresser à quiconque.

Notons que ce métier n’est pas encore organisé, ce qui pourrait lui porter préjudice, dans certaines situations. Il serait donc nécessaire de mettre en place une fédération ou un organisme légal qui protège aussi bien le client que le coach.