A LA UNESociété

L’UE soutient des travailleurs d’Airbus licenciés en France

La Commission européenne a débloqué, vendredi, 3,7 millions d’euros pour aider 297 travailleurs d’Airbus licenciés en France par suite de la pandémie de Covid-19.

Selon un communiqué de la Commission européenne, cette aide s’inscrit dans le cadre du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation en faveur des travailleurs licenciés (FEM).

Elle vise notamment à aider les travailleurs d’Airbus licenciés en France à trouver un nouvel emploi grâce à des conseils sur la manière de créer leur propre entreprise et à des aides au démarrage.

→Lire aussi : Salon aéronautique de Dubaï: Airbus décroche une méga-commande de 255 avions « A321 »

« Grâce au Fonds européen d’ajustement à la mondialisation, nous donnerons à 297 personnes du secteur aéronautique en France qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie de Covid-19 les moyens de relancer leur carrière grâce à des conseils ciblés sur la création d’entreprises et à des subventions pour les aider à monter leur propre entreprise », a déclaré le commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit, cité dans le communiqué.

La production d’aéronefs commerciaux représentait 67 % du chiffre d’affaires total d’Airbus. À partir d’avril 2020, les niveaux de production ont chuté d’un tiers et la main-d’œuvre d’Airbus a été réduite. En France, malgré le recours étendu aux mesures de chômage partiel, Airbus a dû mettre en œuvre un plan de restructuration et de nombreux travailleurs ont perdu leur emploi.

Dans le cadre du nouveau règlement relatif au FEM pour la période 2021-2027, le Fonds continue de soutenir les travailleurs licenciés et les travailleurs indépendants en cessation d’activité. Grâce aux nouvelles règles, l’aide du FEM devient accessible aux personnes frappées par les restructurations: toutes les catégories de restructurations majeures imprévues, dont les répercussions économiques de la crise de la Covid-19 ou les grandes tendances économiques (décarbonation, automatisation, etc.), peuvent justifier un soutien, précise la Commission européenne.

Les États membres ont le droit de demander un financement de l’UE lorsque 200 travailleurs au moins perdent leur emploi au cours d’une période de référence donnée.

Avec Map

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page