Le Maroc conforte son positionnement en tant que porte d’entrée vers l’Afrique

Le Maroc conforte de plus en plus son positionnement en tant que porte d’entrée vers l’Afrique, un continent en plein essor, où le transport aérien est l’un des plus prometteurs au monde, a affirmé à Seattle (Etat de Washington, ouest des Etats Unis), le vice-président Marketing de Boeing Commercial Airplanes, Randy Tinseth.

“L’emplacement géographique du Maroc et la grande capacité de la flotte d’avions dont il dispose font de lui un principal point d’accès au marché africain”, qui devrait enregistrer une croissance soutenue dans les années à venir, a souligné M. Tinseth dans un exposé donné la veille de la livraison d’un Dreamliner de Boeing à la Royal Air Maroc (RAM).

Selon les estimations de l’avionneur américain, le marché africain, qui ne représente aujourd’hui qu’entre 6 et 7 pc de la demande internationale est promis à un brillant avenir, le fret devant connaître une croissance “considérable” d’environ 2,8 pc sur les deux prochaines décennies, alors que le transport de passagers continuera sur une tendance haussière “remarquable”.

Conscient de ce formidable essor, le Maroc a fortement investi dans l’industrie aéronautique, a rappelé M. Tinseth, notant que Boeing est l’une des multinationales qui bénéficient de cette orientation réussie du Royaume, grâce à son positionnement stratégique et à une main d’oeuvre qualifiée.


“Nous figurons parmi plusieurs autres multinationales qui bénéficient de la main d’oeuvre qualifiée sur le marché marocain”, s’est félicité M. Tinseth, qui a cité, à cet égard, Airbus, Safran et Bombardier. “Tout porte à croire que le Maroc continuera d’accroître ses capacités dans le secteur de l’industrie aéronautique”, a-t-il dit.

A rappeler que le Maroc a signé avec Boeing, le 27 septembre dernier, une convention visant la création d’un écosystème de fournisseurs qui permettra de doubler les capacités du secteur aéronautique du Royaume d’ici à 2020.

Pour prendre la mesure de l’essor inédit que connait le secteur du transport aérien dans le monde, le chef marketing de Boeing estime que sur les 20 prochaines années (2016-2035), les compagnies aériennes auront besoin de 39.000 nouveaux appareils d’une valeur de 5,9 trillions de dollars.

En Afrique, un continent en pleine croissance où le PIB devra croitre de 3,7 pc annuellement au long de cette période, le transport aérien avancera à une cadence de 6,9 pc. À ce rythme, l’Afrique aura besoin de 1.150 avions d’une valeur de 170 milliards de dollars, selon les prévisions de Boeing.


En effet, “les marchés les plus prometteurs sont ceux qui lient les économies émergentes aux pays développés”, a estimé M. Tinseth. “C’est dire l’avenir rayonnant dont est promis ce secteur, notamment en Afrique”, a-t-il souligné.

A cet égard, le responsable du géant américain a noté le positionnement “unique” de la RAM dans le hub de Casablanca pour accompagner cet essor africain, tant sur le plan du cargo qu’au niveau du transport de passagers.

“La Royal Air Maroc bénéficie d’un positionnement unique dans leurs hubs au Maroc, et de toute évidence elle bénéficie du développement en Afrique et des connexions qu’elle assure à travers la région”, a indiqué M. Tinseth.

“Le Maroc offre les itinéraires directs les plus rapides vers l’Afrique, et dans plusieurs cas, vers l’Europe. Ce positionnement est idéal”, a-t-il souligné.


“La RAM est évidemment au coeur de l’expansion du marché du fret et des passagers. Elle représente également un modèle à bien des égards”.

M. Tinseth a, en outre, fait remarquer que le secteur touristique au Maroc, en pleine évolution grâce à la Vision 2020, est appelé à enregistrer une “forte croissance” dans les années à venir, offrant ainsi un appui additionnel essentiel pour un développement tous azimuts de la RAM.

La compagnie marocaine a acquis son cinquième Boeing 787 (Dreamliner) de l’avionneur américain, dont la livraison, la troisième pour la RAM en 2016, est prévue vendredi aux locaux du constructeur américain.