Maroc-UE : l’accord agricole adopté par la commission INTA

INTA

La Commission du commerce international du Parlement européen (INTA) a adopté, lundi 10 décembre, dans la soirée, à une écrasante majorité le nouvel accord agricole entre le Maroc et l’UE incluant les provinces sahariennes. C’est une grande avancée vers l’adoption finale prévue en janvier 2019.

Le processus d’adoption du nouvel accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne avance à pas sûr. La Commission du commerce international du Parlement européen (INTA) a adopté, lundi 10 décembre, dans la soirée, à une écrasante majorité le nouvel accord agricole entre le Maroc et l’UE incluant les provinces sahariennes. Le « oui » l’emporte avec 25 des voix. Les défenseurs du « non » totalisent seulement 9 voix.

Ce vote décisif dans cette commission est l’ultime étape au niveau des commissions spécialisées du Parlement européen. Reste l’adoption finale en session plénière qui devrait intervenir en janvier 2019.

C’est une grande victoire pour la diplomatie marocaine. La diplomatie parlementaire a également joué un grand rôle dans ce processus. Les parlementaires marocains saluent ce vote positif.

→ Lire aussi : Accord agricole Maroc -UE : vote positif au profit du Maroc au sein de la Commission des Accords commerciaux internationaux


Abderrahim Atmoun, Président de la Commission Parlementaire Mixte Maroc-UE, souligne que « ce vote positif vient couronner le vote de la Commission des Affaires Etrangères du Parlement européen, du mercredi 21 novembre 2018 et qui avait approuvé à une très large majorité ‎l’accord agricole Maroc-UE ».

Pour ce député du PAM, « ces résultats viennent corroborer les efforts continus et inlassables des parlementaires marocains de la Commission parlementaire Mixte Maroc-UE du côté marocain, résultants d’une mobilisation renforcée et une présence régulière et continue au sein du parlement européen ».

Pour rappel, conseillers et députés se sont mobilisés ces derniers mois à Strasbourg, siège du Parlement européen, et à Bruxelles, capitale politique de l’Europe, où siège la plupart des institutions de l’Union européenne. Objectif : défendre la cause nationale.  Les parlementaires ont rencontré des eurodéputés, toutes tendances confondues, pour ‎leur expliquer et tenter de les convaincre de la position marocaine.

Pour Abderrahim Atmoun, ce vote positif marque « une nouvelle étape dans le rapprochement ‎avec ce partenaire privilégié du Maroc qu’est l’UE, et apporte une valeur ajoutée à la qualité ‎de ses relations avec le parlement européen et aux perspectives de la consolider davantage ».