Marrakech- trolleybus : L’attente a tant duré

Pour faire face aux rumeurs qui circulent depuis quelques jours concernant la disparition de la société chinoise chargée de la construction des bus électriques, le maire de Marrakech, Mohamed Larbi Belcaïd, réagit dans une déclaration sur le site du PJD, annonçant que les bus électriques devraient être mis ecirculation dès la fin du mois d’avril prochain.

Les bus, Etant bien réceptionnés en novembre dernier, quant à leur mise en circulation, le maire de Marrakech parle d’un “déficit de communication entre la commune et la société chargée de faire le lien entre les autorités locales et l’entreprise chinoise”. Le retard accusé serait dû à la signature du contrat. Il révèle que “la société Marita est toujours en attente de certificats normatifs nécessaire pour obtenir l’autorisation auprès du ministère du transport et de la logistique”.  Selon l’Economiste, « Des procédures liées aux attestations techniques sollicitées auprès d’un laboratoire européen et qui s’avèrent nécessaires pour que les bus soient autorisés à circuler sont également à l’origine du retard ».

A rappeler que lors de la visite Royale à Pékin en mai 2016, plusieurs conventions et accords de partenariat ont été signés entre le Maroc et la Chine, dont celle entre la banque centrale Populaire, le constructeur industriel Chinois de Yangtse, la société d’investissement Energétique (SIE) et Marita Group pour l’achat et la construction d’unité de fabrication de bus électriques au Maroc. L’investissement a été estimé à 1,2 millions de dirhams.

Cette initiative s’inscrit dans le sillage du projet de “mobilité électrique”, qui vise à créer un réseau de transport collectif au moyen de bus 100% électriques. A terme, la mise en place de couloirs aménagés sont prévus pour accueillir ces nouveaux bus « made in Morocco » circulant à une fréquence rapide, de 5 à 10 minutes d’intervalle.


 

Chaouki Oulkhir