Nouvelles sanctions américaines contre des responsables iraniens, dont le ministre de l’Intérieur

sanctions

L’administration Trump a annoncé mercredi des sanctions contre le ministre de l’Intérieur et huit autres responsables iraniens, ainsi qu’une entreprise publique, qu’ils accusent de “graves violations des droits de l’Homme”.

Ces actions, qui comprennent des sanctions financières et des restrictions de visa, envoient “un message de soutien au peuple iranien que nous continuerons à soutenir leurs demandes de gouvernance transparente et responsable et à parler au nom de ceux qui sont réduit au silence par ce régime”, a déclaré le département d’Etat dans un communiqué, soulignant que “la pression [américaine] sur l’Iran pour qu’il traite son propre peuple avec dignité et respect ne cessera pas”.

“Le régime iranien réprime violemment la dissidence du peuple iranien, y compris les manifestations pacifiques, par des violences physiques et psychologiques”, a déclaré, dans un communiqué distinct, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

“Les Etats-Unis continueront de tenir responsable les dirigeants iraniens et les institutions qui oppriment leur propre peuple”, a-t-il ajouté.

Le Trésor américain accuse le ministre Abdolreza Rahmani Fazli d’avoir commis de graves violations des droits de l’homme contre les Iraniens lors de manifestations qui ont balayé le pays en novembre après que le gouvernement a annoncé une hausse surprise du prix du carburant.


L’entreprise publique LEF Cooperative Foundation, active dans les domaines de l’énergie, du bâtiment, des services, de la technologie et de la banque, est également concernée, ainsi que ses dirigeants, accusés d’avoir joué un “rôle clé dans la répression menée par le gouvernement contre les manifestants”.

Selon le Trésor, l’entreprise “gère des centres de détention dans lesquels ont lieu des violences physiques et psychologiques”.

En vertu de ces nouvelles sanctions, les biens détenus aux États-Unis par ces personnes sont gelés. En plus, les Américains sont interdits d’engager des transactions avec elles.