Pandémie: Le Maroc plaide pour un appui fort aux pays en développement

pandémie

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies et des organisations internationales à Genève, Omar Zniber, a plaidé, lundi, pour un appui fort en faveur des pays en voie de développement, en général, et les pays africains en particulier, pour les aider à surmonter les effets socio-économiques de la pandémie de Covid-19.

“L’impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 présente des défis accrus et imprévus pour tous les pays en développement et aggrave encore leurs faiblesses structurelles” a fait remarquer M. Zniber qui s’exprimait au titre du second segment de la 67ème session du Conseil du Commerce et du développement (Débat Général) de la CNUCED.

Il a plaidé, à cet égard, pour une réponse coordonnée et concertée à la hauteur des “circonstances urgentes qui ont une incidence sur le commerce mondial et le développement dans les domaines de la coopération Sud-Sud, de l’investissement Sud-Sud et du développement du digital et des nouvelles technologies pour tous”.

L’ambassadeur a fait remarquer, dans ce sens, que les niveaux d’endettement insoutenables de nombreux pays en développement, la chute des prix et la demande de produits de base, l’aggravation des inégalités, la réduction des recettes fiscales, la baisse des recettes des voyages et du tourisme, les sorties de capitaux et le manque d’accès adéquat et suffisant aux marchés financiers, sont autant de facteurs qui compromettent gravement leur capacité à résister à l’impact du choc COVID-19 et à investir dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Il est plus que jamais impératif pour la communauté internationale de renforcer la solidarité internationale, les efforts conjoints, la coopération multilatérale et le partenariat avec tous les pays en développement, y compris dans le domaine du renforcement des capacités et de l’assistance technique, pour combattre et endiguer cette pandémie, a-t-il dit.


M. Zniber a mis l’accent, à ce propos, sur le rôle que peut jouer la CNUCED en tant que “locomotive dans le contexte complexe actuel dans lequel le multilatéralisme se renouvelle comme étant une voie essentielle pour relever et surmonter les effets et les incidences négatifs de cette pandémie.”

“Nos problèmes communs exigent des solutions mondiales globales, inclusives et coordonnées, élaborées avec la pleine participation de la communauté internationale et des parties prenantes concernées. C’est pourquoi il est urgent de mettre de côté touts les antagonismes politiques, et œuvrer collectivement pour apporter une réponse globale à cette crise mondiale, qui a mis à rude épreuve tous les Etats du monde”, a-t-il plaidé.

Cette réunion, qui se poursuivra jusqu’à mercredi, se penchera sur des questions ayant trait, entre autres, à “l’investissement pour le développement: une action internationale au-delà de la pandémie”, “les activités entreprises par la CNUCED en appui à l’Afrique”, et “les contributions de la CNUCED à la mise en œuvre et au suivi des textes issus des grandes conférences et sommets des Nations Unies dans les domaines économiques et sociaux”.