Rabat et Paris se félicitent de leur coopération “exemplaire” dans le domaine du développement durable

 Le Maroc et la France se sont félicités de leur coopération “exemplaire” dans le domaine du développement durable, qui fait du Royaume le premier bénéficiaire au monde des concours financiers de l’Agence française de développement (AFD) en termes d’exposition et de versements sur la période 2008-2016.

A cet égard, les deux pays ont salué la hausse “sensible” des engagements de l’AFD dont la capacité d’intervention devrait s’élever à 400 millions d’euros par an environ à partir de 2017, ainsi que l’adoption récente de la stratégie pays de l’AFD au Maroc pour la période 2017-2021, qui vise à favoriser la croissance inclusive et durable du Royaume, indique la Déclaration finale sanctionnant les travaux de la Rencontre de haut niveau Maroc-France, qui s’est tenue jeudi à Rabat sous la co-présidence du chef du gouvernement, Saad Eddine El Otmani, et du Premier ministre français Edouard Philippe.

Les deux pays se réjouissent également de l’engagement “important” des opérateurs financiers, comme l’AFD et PROPARCO, au service du développement de projets de partenariats novateurs en Afrique.

Dans le domaine énergétique, la France assure qu’elle continuera à soutenir le Maroc dans ses engagements en faveur de la transition énergétique et du développement durable, à travers notamment l’assistance technique pour la mise en œuvre de la stratégie marocaine d’efficacité énergétique ainsi que l’expertise et le savoir-faire de ses entreprises et entités dans les projets industriels liés à l’énergie solaire et à l’hydro-électricité.


A ce sujet, les deux pays saluent la signature d’un protocole d’accord entre l’AFD et la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), visant à renforcer leur partenariat autour des transitions énergétique, écologique, territoriale, de l’inclusion sociale et financière et de la coopération avec l’Afrique.

Rabat et Paris se félicitent aussi de la signature d’un protocole d’accord entre l’Agence marocaine de l’énergie durable (MASEN) et l’AFD confirmant l’octroi d’un prêt de 150 millions d’euros de l’AFD pour le cofinancement de la première phase du complexe solaire de Noor Midelt ainsi que d’une subvention d’études de 500.000 euros portant notamment sur l’appui au développement industriel renouvelable de MASEN vers l’Afrique.

Ils rappellent leur attachement à la Déclaration conjointe portant engagement pour la mise en œuvre d’une étude de faisabilité relative à l’élaboration d’une feuille de route pour l’échange d’électricité d’origine renouvelable entre le Maroc, la France, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal, et soulignent leur volonté de renforcer les partenariats et les interventions de l’AFD dans les domaines de l’emploi, de la transition énergétique, de l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques, des transports, de l’eau et de l’assainissement et de la santé.

Dans le domaine de l’eau, le Maroc et la France saluent la signature avec l’ONEE d’une lettre d’entente relative à l’appui de l’AFD à la promotion de l’accès à l’eau potable des populations du nord du Royaume du Maroc, et affirment leur volonté de renforcer les partenariats entre les acteurs et opérateurs spécialisés dans le secteur de l’eau, de l’assainissement aux fins d’échanges d’expériences et de renforcement des capacités.


S’agissant de la coopération décentralisée, politique de la ville et développement du territoire, la Déclaration relève que le Maroc et la France encouragent la poursuite des initiatives de partenariat engagées entre les douze régions du Maroc et les treize régions de France, marquant leur volonté de les orienter davantage vers le développement économique pour mettre en œuvre les objectifs du développement durables (ODD).

Dans ce cadre, la priorité sera accordée aux activités génératrices de revenus au plan local, en s’appuyant sur les associations de région et les financements de l’AFD.

Pour la réalisation de cet objectif, les deux pays marquent leur volonté de coopérer dans le domaine de l’efficacité énergétique dans le bâtiment, de la qualité et de l’innovation dans la construction ainsi que du logement destiné aux foyers à revenus modestes et intermédiaires.