ban600

Tétouan : Le documentaire “Obscure” incarne les stigmates de la guerre en Syrie

Tétouan : Le documentaire “Obscure” incarne les stigmates de la guerre en Syrie

Le film "Obscure" de la réalisatrice syrienne Soudade Kaadan, projeté ce lundi, dans la catégorie "documentaires", lors de la 24ème édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan, incarne les stigmates de la guerre en Syrie et leurs terribles conséquences psychologiques sur les enfants.

Ce documentaire syrien et libanais de 75 minutes dresse le portrait d’un enfant, réfugié au Liban à cause de la guerre, qui refuse de se rappeler qu’il est syrien. Muré dans le silence, il se plonge dans le sommeil pour fuir sa réalité. Primée au programme d’aide à la postproduction à Venise 2016, la cinéaste Soudade Kaadan a partagé la vie d’Ahmad et de sa famille meurtrie par la guerre et la mort de leur fils aîné et signe un documentaire poignant qui montre l’effacement de la mémoire collective syrienne à travers les yeux d’un enfant. Soudade Kaadan est une réalisatrice syrienne née en France.

>>Lire aussi : Festival international Cinéma et migrations d’Agadir: Vibrant hommage au cinéma camerounais

Elle a réalisé et produit des films documentaires qui ont reçu de nombreuses récompenses. Le film « obscure » est en lice pour la compétition dans la catégorie "documentaire" au côté de sept films, "Armonia, Franco et mon grand père" de Xavier Ladjointe, "La chasse aux fantômes" de Raed Andoni, "la Maison à la prairie" de Tara Hadid, "Un long été brûlant en Palestine" de Norma Marcos, "194, nous, enfants du camp" de Samer Salamah, "Appennino d’Emiliano Dante Valentina", et "Colis suspect de Sofia Catala et Pérez Masdeu).

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :