UNICEF :15 000 enfants marocains décèdent en 2018

malnutrition

Plus de 15 000 enfants au Maroc, âgées de 5ans et moins, ont perdu la vie en 2018, selon le rapport de l’UNICEF, intitulé « Enfants, nourriture et nutrition ». Ce document, rendu public mardi 15 octobre, examine la malnutrition chez les enfants.

L’organisation onusienne pointe le changement des conditions de vie sur notre planète. « La crise des changements climatiques, la perte de biodiversité et la dégradation de l’eau, de l’air et des sols suscitent désormais des inquiétudes quant à notre capacité à nourrir durablement les enfants de la génération actuelle, sans parler des générations futures », alerte l’UNICEF.

Le document explique que notre système alimentaire est devenu dysfonctionnel : « il ne donne pas aux enfants l’alimentation dont ils ont besoin pour grandir en bonne santé».

La sous-nutrition reste malgré tout au premier plan, affectant environ quatre fois plus de jeunes enfants que le surpoids. Chiffres à l’appui. Il est à noter aussi que plus de 149 millions d’enfants présentent un retard de croissance ou sont trop petits pour leur âge.

« Sur les 676 millions d’enfants de moins de cinq ans vivant dans le monde en 2018, environ 227 millions étaient sous-nutris ou en surpoids, et 340 millions (soit la moitié) souffraient de carences alimentaires », renchérit l’agence de l’ONU pour la protection des enfants.


Selon la même source, « au moins un enfant âgé de moins de 5 ans sur trois est dénutri ou en surpoids et un sur deux souffre de faim insoupçonnée, autant de pathologies qui sapent la capacité de millions d’enfants à bien grandir et à réaliser leur plein potentiel ».

Les enfants du Maroc sont aussi concernés par cette problématique. La dénutrition chez les enfants marocains âgés entre 0 et 4 ans entre 2013 et 2018 a atteint les 15%. Alors que les enfants commencent à consommer des aliments mous ou solides vers l’âge de 6 mois, beaucoup adoptent un régime alimentaire inapproprié, indique en outre le rapport.

Près de 45 % des enfants âgés de 6 mois à 2 ans dans le monde ne consomment pas de fruits ou de légumes. Près de 60 % ne mangent pas d’œufs, de produits laitiers, de poisson ni de viande.

L’UNICEF évoque un chiffre de 560 enfants, âgés de 14 ans et moins, qui portent le virus du Sida. Concernant la mortalité maternelle, le document fait état de 480 femmes mortes en couches, en 2017.


Face à cette crise grandissante de la malnutrition sous toutes ses formes, l’UNICEF appelle les gouvernements et le secteur privé à donner les moyens aux familles, aux enfants et aux jeunes de demander des aliments nutritifs et à mobiliser les systèmes de soutien dans les domaines de la santé, de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, de l’éducation et de la protection sociale afin d’améliorer les résultats nutritionnels pour tous les enfants.