Volkswagen et Ford ont formé une alliance axée sur les véhicules utilitaires

Ford et Volswagen au salon de l'automobile de Detroit

Volkswagen et Ford ont annoncé mardi une alliance qui allie leurs forces sur les fourgonnettes et les camionnettes commerciales. Ils ont aussi expliqué qu’ils étaient au stade de l’exploration d’une extension dans le développement commun de voitures électriques et autonomes : ces actions devraient sauver à ces constructeurs automobiles des milliards de dollars.

Ford et VW ont annoncé leur partenariat dans le cadre du salon automobile de Detroit. Le partenariat, qui commence par la vente de fourgonnettes et de camionnettes moyennes en 2022, ne comportera pas de prise de participation ni de fusion, ont indiqué les deux sociétés.

Volkswagen et Ford ont également annoncé qu’ils étudiaient une possible collaboration sur les véhicules électriques, les véhicules autonomes et les services de mobilité.

Les deux constructeurs ont envisagé une coopération plus étroite, car les frictions commerciales obligent les constructeurs à repenser la manière dont ils construisent des véhicules pour l’Europe, les États-Unis et la Chine.

L’alliance en expansion souligne la pression croissante exercée sur tous les constructeurs automobiles mondiaux pour qu’ils gèrent les coûts de développement des véhicules électriques et autonomes, ainsi que la technologie nécessaire pour respecter les normes plus strictes en matière d’émissions pour des millions de véhicules à combustion interne qu’ils vendront dans les années à venir.


Les ralentissements sur les plus grands marchés automobiles du monde – la Chine et les États-Unis – ont accentué la pression exercée pour réduire les coûts.

→Lire aussi: Nouvelle technologie automobile au CES : votre voiture vous observe !

En juin 2018, Ford et VW ont révélé des discussions sur une alliance dans les véhicules utilitaires et ont ajouté qu’ils envisageaient d’autres projets communs.

Les dirigeants des deux entreprises ont évoqué les économies potentielles d’une alliance plus profonde et les responsables de Volkswagen ont parlé ouvertement de la construction de leurs véhicules dans les usines Ford et de l’utilisation de la plate-forme de véhicules électriques du constructeur allemand par Ford.


Le rapprochement avec Volkswagen est un gros pari pour le chef de la direction de Ford, Jim Hackett, depuis qu’il a succédé à Mark Fields en mai 2017 avec pour mandat d’accélérer la prise de décision et de réduire les coûts. Certains analystes et investisseurs ont été frustrés par le cours boursier à la traîne de Ford et par le manque perçu de détails par Hackett concernant la restructuration d’un montant de 11 milliards de dollars du constructeur automobile basé à Dearborn, dans le Michigan.

La semaine dernière, Ford a annoncé qu’il supprimerait des milliers d’emplois, cesserait de construire des véhicules moins rentables et envisageait de fermer des usines dans le cadre d’un effort de redressement de son activité européenne non rentable.

Lundi, Volkswagen a annoncé son intention d’investir 800 millions de dollars dans la construction d’une usine de véhicules électriques à Chattanooga, dans le Tennessee, ce qui incita le président des États-Unis, Donald Trump, à féliciter la ville et l’État dans un post sur Twitter le lendemain.

Mais la Maison Blanche a fait pression pour mettre fin aux subventions sur les véhicules électriques qui aideraient l’usine de fabrication et l’alliance.


 

Abdellah Chbani avec Reuters