ban600

Manifestations anti-Gnassingbé : des milliers de personnes dans les rues de Lomé

Manifestations anti-Gnassingbé : des milliers de personnes dans les rues de Lomé

L’opposition togolaise est toujours aussi déterminée à pousser le président Faure Gnassingbé à la démission. Ce mercredi 27 décembre, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale Lomé, à l’appel d’une coalition de 14 partis d’opposition.

Les manifestations ne faiblissent pas depuis le mois de septembre, date à laquelle une coalition de 14 partis d’opposition a appelé ses partisans à des manifestations de masse pour demander une limitation du nombre de mandats présidentiels et exiger le départ du président Faure Gnassingbé, qui cumule, avec son père, feu le général Gnassingbé Eyadema, 50 ans de pouvoir.

« La mobilisation continue. Car les populations savent que sans la mobilisation, elles ne peuvent rien obtenir« , a expliqué à l’AFP Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance Nationale pour le changement (ANC), parti historique de l’opposition.

De son côté, le pouvoir a promis, début décembre, d’engager le dialogue avec l’opposition pour trouver une issue favorable à la crise politique et sociale que traverse le pays, mais les conditions demandées par l’opposition (libération des manifestants en prison, retrait des forces de sécurité dans le Nord…) ne sont pas encore effectives. Pour certains membres de l’opposition, le président qui pourrait briguer un nouveau mandat en 2020, s’il devait y avoir une réforme constitutionnelle, essaie de gagner du temps.

« Les Togolais restent aussi déterminés que le premier jour, voire plus déterminés au fur et à mesure que nous avançons parce qu’ils ont l’impression qu’en face, ils ne sont pas comprisBien au contraire, le régime donne l’impression de vouloir minimiser le mouvement et même de vouloir le discréditer. Par exemple, la dernière trouvaille, c’est de nous montrer que parmi nous,  il y a des partis qui auraient opté pour la violence. C’est une vieille stratégie, mais cette fois-ci, cela ne marche pas », a déclaré Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice de la coalition d’opposition. Selon elle, la solution viendra de la mobilisation populaire.

« Les Togolais sont déterminés cette fois-ci. Nous utilisons l’occasion de manifestation pour faire le point sur le processus et leur expliquer les décisions que nous prenons. Aussi longtemps que nos stratégies seront approuvées par le peuple, nous pouvons penser qu’il y aura détermination », a-t-elle assuré.

Les manifestions pourraient donc se poursuivre encore longtemps. La coalition de l’opposition a appelé à des mobilisations, le jeudi et le samedi, avec une journée dite de « vacarme« , le vendredi de 13h00 à 14h00, qui consistera, pour les manifestants, à « faire du bruit en tapant sur des casseroles » pour montrer leur mécontentement. Seize personnes ont perdu la vie depuis le début des manifestations.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire