ban600
credit agricol

+50 centimes sur le prix de la pompe

+50 centimes sur le prix de la pompe

Le pétrole commence à faire ses effets. Sa hausse influe directement sur le carburant. Au maroc, les stations-services ont déjà entamé le processus, eus égards aux informations que nous livre l’application « Mahatati ».

Le prix de la pompe a augmenté de 50 centimes, franchissant ainsi la barre jamais voulue des 10 dirhams. Même si certains consommateurs s’alarment de cette hausse, qualifiant l’attitude des distributeurs d’empressement, force est de constater que cette hausse des prix du carburant était tout à fait prévisible, voire normale.

Produit brut et indispensable à la marche de l’industrie moderne et des machines, le pétrole, étant la base des produits dérivés notamment les carburants, est en hausse depuis près d’un mois maintenant sur le marché international. Naturellement, tous les produits dérivés assujettis à l’extraction de l’or noir sont également en hausse.

→Lire aussi : Les propriétaires des stations sont tenus d’afficher le nom de chaque type de carburant et son prix

La pompe ne peut échapper à cette règle. Un tour dans l’application « Mahatati » qui permet aux citoyens (particuliers ou professionnels) un accès libre, gratuit et en temps réel aux prix des carburants dans les différentes stations de service à l’échelle nationale, nous verrons que les prix dans les stations-service de Casablanca vont de 10,30 à 10,69 DH.

A ce jour, jeudi 18 octobre 2018, si le prix du pétrole Brent est à 79,02 dollars alors que certains considèrent qu’il va atteindre la barre des 100 dollars d’ici la fin de l’année, il est inutile de s’exclamer en cas de hausse du prix de la pompe. La logique du marché impose qu’en cas de hausse d’un produit brut, ses dérivés subissent naturellement l’effet de la hausse. Et c’est exactement ce qui est en train de se passer avec les distributeurs.

→Lire aussi : Mohamed El Ouafa : Les prix des carburants sur le marché national sont raisonnables

Toutefois, le plus souvent, certains distributeurs, nourris à l’école du capitalisme et de la cupidité, profitent de la situation pour en faire plus que de droit. Halte ! L’Etat régule.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :