A LA UNEInterview

Abderrahim ATMOUN, Ambassadeur du Maroc en Pologne « Les provinces du Sud sont devenues une destination d’investissements par excellence »

Depuis l’établissement des relations diplomatiques, en juillet 1959, entre le Maroc et la Pologne, plusieurs accords lient les deux pays dans différents domaines à savoir politique, économique, judiciaire, touristique et culturel. Rappelons que dans les années soixante, des coopérants polonais médecins, ingénieurs et scientifiques- venaient au Maroc pour collaborer avec le gouvernement et l’administration locale. En 1966, feu Sa Majesté le Roi Hassan II faisait escale à Varsovie alors qu’il se rendait à Moscou. Depuis les années 1990, après l’effondrement du régime communiste, les contacts ont repris grâce aux efforts des gouvernements des deux pays. L’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, en 2004, a donné une autre impulsion aux relations existantes.

En effet, l’élan que connaissent les relations bilatérales est nourri par la volonté commune de Rabat et de Varsovie d’élargir et de développer davantage leurs relations diplomatiques tout en raffermissant la coopération économique et culturelle surtout en tenant compte des potentialités dont regorgent les deux pays. D’autant plus que forts des liens solides qui les relient, ils entretiennent des relations qui se projettent dans l’avenir, relevées en cela par la convergence de leurs positions sur les questions d’intérêt commun et par leur place stratégique sur la scène régionale et internationale.

D’ailleurs, le Maroc, qui constitue un acteur important en Afrique du Nord pour la Pologne, est un partenaire incontournable et indispensable de la région aussi bien pour Varsovie que pour l’UE, notamment dans plusieurs domaines comme la sécurité, la migration, la lutte contre le radicalisme et le dialogue interculturel et interreligieux. Par ailleurs, la Pologne a toujours salué les initiatives de Sa Majesté le Roi en faveur de la stabilité du Royaume en plus des avancées réalisées par le Maroc sous l’impulsion du Souverain.

De facto, eu égard aux atouts et aux multiples opportunités qu’offrent les deux pays, Rabat et Varsovie accordent une importance capitale au renforcement des relations bilatérales en veillant à intensifier les échanges entre les deux pays pour un partenariat économique prometteur gagnant-gagnant.

In fine, la Pologne a d’excellentes relations bilatérales avec le Royaume du Maroc et leur coopération se développe dans tous les domaines. Le dialogue et les consultations politiques régulières entre eux reflètent leur ferme attachement aux concertations sur les questions d’actualité, d’autant plus que les deux pays jouissent d’une présence distinguée sur la scène politique régionale, continentale et internationale.

Dans cet entretien exclusif, SEM. Abderrahim ATMOUN, Ambassadeur du Maroc en Pologne, nous explique les perspectives de partenariat qui s’offrent aux deux pays dans les différents domaines tout en mettant en exergue l’importance de l’action du Royaume sur les scènes régionale et continentale.

 MAROC DIPLOMATIQUE : Nommé par Sa Majesté le Roi lors du Conseil de Ministres de février 2019, cela fait presque deux ans que vous représentez votre pays et défendez ses intérêts à Varsovie et que vous contribuez à consolider les relations diplomatiques, économiques et commerciales. Comment se portent aujourd’hui les liens de coopération entre les deux pays ?

– SEM A.A : C’est pour moi un grand honneur et un grand privilège d’avoir été nommé par Sa Majesté le Roi afin de servir mon pays en Pologne. J’ai découvert un pays fantastique, moderne, en plein développement économique, ouvert aux autres cultures et qui est devenu, au fil des années, un État dont la voix compte au sein de l’Union européenne. J’ai également eu le plaisir de constater, dès mon arrivée, une certaine soif des Polonais à connaître le Maroc, à découvrir sa culture et son histoire millénaire.

Les relations entre le Royaume du Maroc et la Pologne ont toujours été marquées par une dynamique positive et un respect mutuel entre les deux pays. Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Andrei Duda, partagent une volonté commune de dynamiser et de hisser davantage les relations bilatérales entre les deux pays. C’est le cœur de ma mission.

L’année 2020 a été, pour le monde entier, une année singulière, marquée notamment par la pandémie de la Covid-19. Dans un contexte inédit, entre confinement et mesures de distanciation, l’Ambassade du Maroc en Pologne a su très rapidement s’adapter à la situation pour continuer de mener à bien sa mission de renforcement des liens politiques, économiques, commerciaux et culturels entre les deux pays.

MD : Lors de votre premier discours et première activité devant les officiels polonais, vous avez mis l’accent sur le fait que «le Maroc et la Pologne ont beaucoup à gagner en renforçant leur coopération politique et économique». Quel bilan faites-vous de ces deux années ? Pouvez-vous nous parler un peu des progrès réalisés, des difficultés rencontrées et de vos attentes pour les prochaines années ?

– SEM A.A :  La Pologne est devenue une force incontestable en Europe centrale et au sein de l’Union européenne. Il faut rappeler que le pays compte tout de même 52 députés au Parlement européen et ce nombre pourrait augmenter dans les prochains mois suite au Brexit. Varsovie est à l’origine de nombreuses initiatives régionales notamment, le Groupe Višegrad, dont elle a la présidence jusqu’au mois de juillet 2021, et l’initiative des Trois Mers.

Durant ces deux dernières années, j’ai privilégié, avec mon équipe, le renforcement du dialogue politique et diplomatique, la consolidation de la coopération économique et sectorielle ainsi que la coopération culturelle.

Concernant le volet politique, je me réjouis de la formation, cette année, de deux groupes d’amitié parlementaires Maroc-Pologne au sein des Parlements des deux pays. Les députés et sénateurs polonais sont très impliqués dans le renforcement du dialogue politique entre le Maroc et la Pologne et apportent un précieux soutien au Royaume dans diverses initiatives.

Au niveau économique et malgré le fait que la Pologne soit la 6ème économie de la zone Euro, les investissements polonais au Maroc restent à développer. Depuis mon arrivée à Varsovie, je me suis donc concentré notamment sur la promotion du «Label Maroc» et des opportunités d’affaires. Malgré la crise sanitaire, j’ai pu participer à de nombreuses réunions virtuelles et organiser des rencontres avec des sociétés intéressées par des investissements au Maroc.

MD : Dernièrement, vous vous êtes entretenu avec le Président des Employeurs de la Pologne, Andrzej Malinowski, sur les moyens visant à renforcer les relations économiques et commerciales entre le Maroc et la Pologne. Quelles sont les opportunités d’affaires qu’offre le Maroc aux entreprises polonaises ?

– SEM A.A : En plus de la stabilité politique du Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a œuvré, pendant plusieurs années, à créer un environnement propice à l’investissement.

Le Royaume du Maroc, grâce à sa position géographique, son ouverture culturelle, son climat d’affaires et sa stabilité politique, est une terre propice pour accueillir les investissements étrangers. En plus de la simplification des procédures administratives aux entreprises, le Maroc offre de nombreux avantages et notamment un système fiscal propice aux investissements.

Convaincu que le Maroc pourrait devenir un hub économique pour les entreprises polonaises qui souhaitent notamment conquérir les marchés africains, j’ai tenu à rencontrer des représentants du secteur économique, depuis ma prise de fonction.

A noter également que les entreprises marocaines sont intéressées aussi par le savoir-faire polonais dans différents secteurs. Lors de ma rencontre avec M. Malinowski, nous avons discuté des moyens de renforcer ces échanges. Je l’ai également informé de la nomination par la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) d’un nouveau Président du Conseil d’affaires Maroc-Pologne.

MD : Le Mercredi 21 octobre, la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Casablanca-Settat et la Chambre de commerce polonaise ont signé, en votre présence, une convention de partenariat relative à la promotion des échanges et l’établissement des relations commerciales, industrielles et techniques. Pouvez-vous nous en dire plus ?       

– SEM A.A : La signature de l’accord de Coopération entre la Chambre de Commerce de Varsovie et la Chambre de Commerce de Casablanca-Settat est une démarche supplémentaire pour renforcer le partenariat économique entre la Pologne et le Maroc. Cet accord vise à faciliter les échanges et les contacts avec les acteurs économiques souhaitant établir des relations commerciales entre les deux pays.  L’accord permettra de créer un réseau économique qui aidera les acteurs marocains et polonais à se projeter ensemble vers de nouveaux marchés.

MD : La société polonaise Flyargo, spécialisée dans la fabrication d’hélicoptères ultralégers, a fait le choix d’investir dans les provinces du Sud. On sait que plusieurs séances de travail avec vous ont précédé cette décision. Quels sont les atouts qui ont été mis en avant pour motiver un tel investissement ?

– SEM A.A : Le choix de Flyargo d’installer une usine au Maroc est dû principalement à la stabilité politique du Royaume, sous le leadership du Roi Mohammed VI, et à l’environnement propice à l’investissement qu’offre le Royaume.

La société a également choisi le Maroc pour sa stratégie de développement du secteur aéronautique. Le Maroc compte plus de 140 sociétés exerçant dans différents écosystèmes du domaine. Ces sociétés sont réunies au sein du Groupement des Industries Marocaines de l’Aéronautique et du Spatial (GIMAS). Les dirigeants de Flyargo ont également été rassurés et encouragés dans leur décision, par le choix porté par des acteurs de référence, tels que Boeing, Safran, Hexcel, Eaton, Alcoa ou encore Stelia, de s’installer au Maroc.

Concernant la volonté d’installer une usine d’assemblage dans les régions du Sud, cette décision a été prise après de nombreuses rencontres avec les membres du Conseil d’administration de la société Flyargo. Devenues une destination d’investissements par excellence grâce aux avancées économiques et sociales réalisées par le Royaume, sous l’impulsion de Sa Majesté, les provinces du Sud avaient tous les atouts nécessaires pour convaincre Flyargo de s’y installer.

MD : Sachant que les Accords de Libre-échange signés par le Royaume avec les pays du Continent africain font du Maroc un point de relais entre l’Europe et l’Afrique, comment cela peut-il jouer en faveur du Royaume qui constitue un acteur important en Afrique du Nord pour la Pologne ?

– SEM A.A : La Pologne est une économie en plein essor à la recherche de nouveaux marchés pour se développer et trouver de nouveaux clients. Les entreprises polonaises sont notamment intéressées par l’Afrique dans un effort de diversification de leurs clientèles.

Le Maroc est lié à une cinquantaine de pays par des accords de libre-échange. Proche du continent européen, partenaire commercial historique de l’Europe comme de l’Afrique, le Royaume est doté d’infrastructures logistiques et détient une place de choix dans les échanges mondialisés en plus d’un climat politiquement stable qui lui permet de devenir une cible de choix pour les entreprises polonaises.

MD : Bien entendu, les relations entre Rabat et Varsovie ne cessent de se développer depuis 1959 et plusieurs accords lient les deux pays dans différents domaines (politique, économique, judiciaire, touristique et culturel). Comment se concrétise, aujourd’hui, le rapprochement avec la Pologne ?

– SEM A.A : Comme je l’ai indiqué, il y a une forte volonté politique des chefs d’Etats des deux pays de hisser le niveau des relations bilatérales et de saisir les opportunités économiques offertes pour les opérateurs économiques. Le renforcement de la coopération culturelle est également important pour atteindre cet objectif.

Le Maroc est lié à la Pologne par un nombre important d’accords. D’autres accords en cours de négociations permettront aux deux pays de se rapprocher davantage. L’idée de la conclusion d’un accord pour la création d’une commission mixte entre les deux pays a également été avancée lors de discussions de haut niveau.

MD : La finesse dans la diplomatie est un art qui n’est pas donné à tous. Vous en usez même sur des parcours de golf où vous rassemblez ambassadeurs et diplomates. Comment peut-on faire d’un moment de loisir une séance de diplomatie ?

– SEM A.A : Vous savez, la diplomatie consiste, avant tout, à maîtriser l’art relationnel. Les relations fidèles et de confiance ne se nouent pas seulement dans un bureau entre quatre murs, lors de traditionnelles réunions. Ces moments de convivialité permettent d’échanger, parfois même de discuter de sujets très importants, dans un cadre informel. Cela ne veut pas dire que nous sommes là que pour prendre du bon temps, bien au contraire ! L’histoire nous a montré, à plusieurs reprises, que les grandes décisions ne se prennent pas toujours comme on pourrait le penser.

  MD : Le Président du groupe parlementaire polono-marocain, Tomasz Kostuś, s’est réjoui de la décision des États-Unis de reconnaître la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara qui est pour lui «une avancée très importante et historique». Le choix de Flyargo d’investir dans les provinces du Sud vient donc appuyer et illustrer la position de la Pologne quant à sa position concernant le Sahara marocain ?

– SEM A.A : La Pologne a toujours prôné une position de neutralité positive à l’égard de la question du Sahara. Elle s’aligne notamment sur les positions de l’Union européenne et des Nations unies. 

En effet, M. Kostus a été l’une des premières personnalités politiques polonaises à se réjouir de la décision des États-Unis. Je tiens d’ailleurs à souligner le soutien du Groupe d’amitié Pologne-Maroc à la cause nationale (Le Sahara Marocain) au sein du Parlement. Les membres du groupe dont fait partie M. Kostus ne cessent de multiplier les déclarations de soutien et les marques d’amitié envers notre pays.

Bien qu’il s’agisse d’une décision économique, le choix de Flyargo d’investir dans les provinces du Sud s’inscrit bien sûr dans cet environnement diplomatique.

La récente reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Royaume du Maroc sur son Sahara, donne une nouvelle dynamique à la région et permet d’attirer de nouveaux investisseurs dans les provinces du Sud.

MD : Le soutien de la Pologne au Maroc, au sein des instances internationales, notamment en ce qui concerne le partenariat Maroc-Union européenne étant salutaire, comment hisser davantage le niveau de la coopération bilatérale et aller de l’avant vers un partenariat économique prometteur ?

– SEM A.A :  Les deux pays maintiennent une concertation continue au niveau des instances internationales. Cette coordination est notamment visible au niveau des soutiens réciproques des candidatures et a permis un rapprochement des visions sur divers sujets.

Au niveau de l’UE, la Pologne est un fidèle soutien du Partenariat stratégique Maroc-UE. Varsovie s’engage activement dans les initiatives visant à consolider ce partenariat de haut niveau, à travers notamment un soutien sans faille des eurodéputés polonais que j’ai pu rencontrer à diverses reprises avant mais aussi après ma nomination.

  MD : Le 30 novembre 2020, M. Kostus, vous a adressé une lettre dans laquelle il saluait les mesures de stabilisation prises par le Maroc, affirmant que «la liberté de circulation et le commerce transfrontalier préservés dans la zone d’El Guerguerat est une décision stratégique eu égard à son impact significatif sur toute la région du Maghreb, du Sahel et de l’Afrique», avant d’ajouter qu’ «En tant que Président du groupe parlementaire polono-marocain, je voudrais souligner que les efforts déployés jusqu’à présent nous permettent d’envisager l’avenir avec espoir». Qu’en dites-vous monsieur l’ambassadeur ?

– SEM A.A : Tout d’abord, je souhaite le remercier une nouvelle fois pour cette lettre. Ce geste m’a beaucoup touché. Depuis mon arrivée, j’ai essayé autant que possible de multiplier les rencontres avec les Parlementaires polonais. J’ai d’ailleurs noué avec certains d’entre eux des relations amicales qui vont au-delà de la relation diplomatique. M.Koustos a souhaité, par le biais de ce courrier, marquer son soutien au Maroc et saluer les actions entreprises par le Royaume et Sa Majesté le Roi Mohammed VI. C’est loin d’être anodin car au-delà de sa fonction de Président du groupe d’amitié Pologne-Maroc, il s’agit d’un parlementaire respecté et dont la parole compte ici en Pologne.

MD : Quel bilan faites-vous de cette année un peu exceptionnelle en raison de la pandémie et de tous ses impacts ? Quelles leçons avez-vous retenues ?

– SEM A.A :  Il n’est pas encore l’heure de faire le bilan ! La crise sanitaire que nous traversons actuellement n’est pas, je vous l’accorde, propice aux rencontres et aux échanges mais cela ne doit pas nous décourager. Au contraire, nous avons innové. Grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons en deux clics réunir plusieurs personnes qui se trouvent à des milliers de kilomètres de distance. Ce qui pouvait sembler insurmontable, il y a quelques années, est devenu tout à fait banal. Il y a toujours à apprendre d’une crise. Il suffit de s’adapter et c’est ce que nous avons fait avec l’ensemble de mon équipe. Il n’y a qu’à voir les résultats et le nombre d’actions entreprises par l’Ambassade durant cette période. J’en profite d’ailleurs pour saluer le travail exceptionnel de tous les diplomates de l’Ambassade du Royaume du Maroc à Varsovie.

  MD : Un dernier mot, monsieur l’Ambassadeur ?

– SEM A.A :  Fidèle lecteur de MAROC DIPLOMATIQUE, depuis plusieurs années maintenant, je tiens à vous féliciter pour la qualité de votre magazine, de ses articles et analyses. Vous êtes un outil d’information essentiel pour nous, diplomates.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page