Algérie : Gaïd Salah veut rouvrir la chasse aux corrompus

gaid-salah-said-bouteflika

Par Saad Bouzrou

Conscient qu’il lui sera difficile de maintenir l’image du sauveur qu’il veut se donner en menant une lutte sans merci contre les oligarques en Algérie, le Général de Corps d’Armée algérien, Gaïd Salah, ne cesse depuis lors de multiplier les déclarations sur la proximité de l’armée et du peuple et le partage des «mêmes valeurs et principes» et, par là même, chercher un alibi au nom du peuple.

Cette fois, il a choisi la 5ème région militaire de Constantine pour se lancer dans plusieurs diatribes contre ceux qu’il qualifie d’«arrivistes» qui «ne servent en rien» l’Algérie et qui, depuis le déclenchement des manifestations contre le système, n’ont pas «contribué à résoudre la crise». Parmi ces «corrompus», figurent plusieurs officiers militaires, à savoir «les anciens Commandants des 1ère, 2e et 4e RM et de la Gendarmerie nationale et l’ancien Directeur des services financiers, dont l’implication dans des affaires de corruption a été confirmée par des preuves tangibles», a déclaré Gaïd Salah dans son discours ce mardi. Il s’agit plus précisément de Said Bey, Abderrazak Cherfif, Habib Chentouf et Menad Nouba.

→Lire aussi : Algérie : Quelle « issue de secours » pour Gaïd Salah ?

Ensuite, Gaïd Salah a affirmé que l’opération de lutte contre la corruption «n’est qu’à son début», soulignant la nécessité pour la justice de se garder de «toute mesure arbitraire ou de règlement de comptes». «Il y a lieu d’indiquer que l’opération n’est qu’à son début et, par la grâce de Dieu, notre pays sera assaini définitivement de la corruption et des corrupteurs». Il a ensuite rappelé, à ce titre, que la corruption n’a jamais été tolérée au sein de l’Armée nationale populaire.