Cinéma : Le réalisateur Gaël Morel et l’actrice Sandrine Bonnaire au Maroc pour présenter le film Prendre le large

Cinéma : Le réalisateur Gaël Morel et l’actrice Sandrine Bonnaire au Maroc pour présenter le film Prendre le large

Dans le cadre de sa programmation CinéFranceMaroc, l’Institut français du Maroc organise la projection du film Prendre le large et invite le réalisateur Gaël Morel et l’actrice Sandrine Bonnaire à présenter le film dans les villes de Marrakech, Casablanca et Tanger.

Prendre le large raconte la vie d’Edith (Sandrine Bonnaire) qui est bouleversée par un plan social. L’usine dans laquelle elle travaille depuis toujours est délocalisée à Tanger. Pour les ouvriers, l’unique alternative au chômage est d’accepter un reclassement au Maroc. Edith, sans attache, avec un fils travaillant au loin, est la seule à faire ce choix. Même si les premiers pas dans cette nouvelle usine et ce pays inconnu sont difficiles, Edith se lie vite d’amitié avec Mina (Mouna Fettou), qui tient la pension où elle loge. Grâce à cette amitié, sa vie prend un nouveau tournant.

Nommé en 2017 au Festival International du Film de Toronto, Prendre le large rend hommage au milieu ouvrier. Entre chronique sociale et drame intimiste, Gaël Morel dessine le portrait d’une trajectoire de vie individuelle en proposant une histoire optimiste et extraordinairement solaire.

Gaël Morel, Le réalisateur

Fasciné dès l’enfance par le cinéma et les actrices, Gaël Morel, né en 1972, grandit dans un petit village de la région lyonnaise, dans une famille ouvrière dont le père travaille dans le textile. Membre d’un jury « Jeunes » au Festival de Cannes alors qu’il a 18 ans, il se destine à la mise en scène. Mais Gaël Morel décide de se consacrer essentiellement à la réalisation. Il réalise un premier court métrage, La Vie à rebours en 1994 et un premier long, À toute vitesse en 1996.

>>Lire aussi: En 2018, l’institut français du Maroc plaide pour « un monde ouvert »

Pour son quatrième long métrage, Après lui, un film sur le deuil présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2007, Morel dirige Catherine Deneuve. En 2011, il réalise Notre paradis, film noir dans lequel apparaît Béatrice Dalle. En 2017, il dirige Sandrine Bonnaire dans Prendre le large, drame social sur la condition ouvrière lui rappelant le milieu de son père et traitant de la délocalisation.

Sandrine Bonnaire,  l’actrice

Née le 31 mai 1967 à Gannat (Allier), Sandrine Bonnaire, remporte le César du meilleur espoir féminin en 1984, le César de la meilleure actrice pour son rôle dans Sans toit ni loi en 1986 et la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise pour La Cérémonie en 1995. Sa prestation troublante dans Monsieur Hire est également saluée par une nomination aux Césars. Dans les années 2000, elle joue dans les films Mademoiselle et Je crois que je l’aime.

Marraine en 2001 de la journée de l’autisme, elle réalise en 2007 un documentaire sur sa sœur, intitulé Elle s’appelle Sabine, présenté au festival de Cannes (Quinzaine des réalisateurs) la même année et sorti en salles en 2008. En 2014, elle effectue son retour sur scène en interprétant, à Valence, L’Odeur des planches de Samira Sedira en lecture théâtrale sous la direction de Richard Brunel.

Programme de projection :

Marrakech : mardi 27 février à 19h et mercredi 28 février à 21h au Cinéma Leila Alaoui de l’Institut français en présence Gaël Morel et Sandrine Bonnaire

Casablanca : jeudi 1er mars à 19h30 au Théâtre 121 de l’Institut français en présence Gaël Morel et Sandrine Bonnaire

Tanger : samedi 3 mars à 19h00 à la Cinémathèque de Tanger en présence Gaël Morel et Sandrine Bonnaire