Elections européennes : un enjeu crucial de politique intérieure en France

Elections européennes : un enjeu crucial de politique intérieure en France

Le 26 mai, les Français seront appelés à élire leurs 79 représentants au Parlement européen. Un scrutin crucial de politique extérieure mais aussi intérieure en France.

Dans les différents pays de l'Union européenne (UE), les élections européennes s'étaleront du 23 au 26 mai. Dans l'Hexagone, les quelque 47,1 millions d'électeurs inscrits seront les derniers à s'exprimer lors de ce scrutin qualifié par les observateurs de « premier grand test électoral du quinquennat Macron ».

Ce scrutin est le premier depuis les élections législatives qui ont donné une majorité à Emmanuel Macron. Et son résultat prendra, à coup sûr, une dimension nationale, car chaque élection européenne constitue, de l’avis des observateurs, un moyen pour les électeurs français de s'exprimer sur la politique menée à l'échelle nationale.

De ce fait, une partie des Français, qui vivent depuis presque 7 mois au rythme des manifestations des « gilets jaunes », ce mouvement inédit de contestation de la politique sociale et fiscale du gouvernement, s'exprimera, à travers les urnes, pour marquer son soutien à l’exécutif ou alors pour sanctionner sa politique.

Conscient de cet enjeu, Emmanuel Macron, a appelé ses troupes à la mobilisation, leur expliquant que « les élections européennes comportaient un enjeu crucial de politique intérieure ».

Lors d’un Conseil des ministres, au lendemain d’un séminaire du gouvernement destiné à préparer la mise en œuvre des mesures annoncées par le président français à la suite du Grand débat national lancé en réponse à la crise des "Gilets jaunes", puis devant quelques dizaines de parlementaires reçus au siège de la présidence de la république, Emmanuel Macron a demandé à la majorité de s'investir massivement dans cette élection.

→ Lire aussi : France : 33 listes déposées pour les élections européennes

«Ça se joue maintenant! J'appelle à la mobilisation générale du 6 au 26 mai. Sans ça, si nous ne réussissons pas aux européennes, ça aura une incidence sur nous tous», a lancé le chef de l'Etat français, selon des propos rapportés par un député présent et relayés par les médias.

De son côté, le Premier ministre Édouard Philippe a incité les membres du gouvernement à se montrer plus efficaces en termes de campagne qui doit être courte mais avec des messages forts et simples. Objectif : convaincre les électeurs français d’accorder leur confiance à la liste (LREM-parti présidentiel), portée par Nathalie Loiseau, ancienne ministre chargée des Affaires européennes.

Car l’enjeu est de taille. Le parti présidentiel se trouve concurrencé par le Rassemblement National de Marine Le Pen, arrivée deuxième lors des présidentielles de 2017.

En effet, selon deux sondages réalisés par les instituts Ifop et OpinionWay, et diffusés à trois semaines des Européennes, le parti d'extrême droite (RN) est donné en tête des intentions de vote devant le parti présidentiel La République en Marche (LREM).

D’après les deux enquêtes, le RN aurait 1 à 3 points d'avance sur LREM: 22,5% d’intentions de vote pour le RN contre 21,5 pour LREM selon l'Ifop, 24% pour le RN et 21% LREM selon OpinionWay.

D'autres instituts (BVA, Harris interactive) donnent en revanche la liste de la majorité en tête ou au coude-à-coude (Elabe) avec le RN.

Autre enjeu de ce scrutin, non seulement pour LREM mais aussi pour les 32 autres listes déposées, est celui de convaincre les électeurs de se rendre aux urnes, surtout que la désaffection des Français pour ces élections ne cesse d’augmenter.

Une récente enquête BVA, relayée par les médias de l'Hexagone, a révélé que 4 Français sur 10 sont dans l'indifférence à l’approche des élections européennes.

Un autre sondage Elabe publié à trois semaines du scrutin européen révèle que 40% des Français se disent "tout à fait sûrs" d'aller voter le 26 mai, soit un taux d'abstention de 60%. De quoi inquiéter sérieusement les différentes listes en lice, selon les observateurs.

C’est dire tout le travail que doivent accomplir les 33 listes en lice à ce scrutin tout au long de leur campagne électorale qui doit débuter officiellement le 13 mai 2019.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :