Gulfstream G650 : renouvellement de flotte, et mise à disposition pour des missions de travail

Gulfstream G650 : renouvellement de flotte, et mise à disposition pour des missions de travail

Middle East Eye, site crée en 2014 à Londres et couvrant l’actualité arabe et « nord africaine », vient de se fendre d’un article qui a interpelé les lecteurs, notamment marocains. Il affirme que le Prince Héritier Moulay Hassan a acquis un « jet privé luxueux de la ligne Gulfstream G650, dernière génération pour ses déplacements à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc ». C’est faux, pis encore : il s’agit là de l’intox et de la désinformation maquillée en information…destinée à fourvoyer les lecteurs.

D’emblée, il convient de souligner que l’avion en question a été commandé et acheté par les FRA ( Forces Royales Air) – comme de tradition -, cette fois-ci dans le but de renouveler la flotte d’avions de ce genre, utilisée depuis des années par l’Etat, transportant les personnalités gouvernementales et autres, dans l’urgence surtout, pour des missions spécifiques.

Un avion de travail et de mission, possédant une grande autonomie de vol – 14 000 kms non stop-, capable de transporter les personnalités du Maroc sur de grandes distances, en Afrique, en Amérique latine, en Asie même. Il représente également, dans ces conditions, l’ancrage du Maroc dans l’exigence moderne de parer au plus pressé pour sa diplomatie et sa présence si nécessaire dans les théâtres d’événements internationaux et lointains.

L’avion en question n’est pas un cadeau particulier au Prince Héritier, quand bien même certains sites et autre presse se seraient lâchés imprudemment pour décrire ses particularités et caractéristiques, son confort voire son luxe. Comme si les FRA et l’Etat ne pouvaient avoir droit à un relatif et certain confort et à des mécanismes de sécurité à bord de cet appareil. L’information selon laquelle le Jet en question a été « visité » au Forum de l’aviation civile en 2015, n’est pas inédite et tous ceux qui s’intéressent à cette activité ont eu connaissance du projet d’acquisition par les Forces Royales Air du Gulfstream G650.


→Lire aussi: La Sécurité des Palais Royaux assurée toujours par la DSPR, dépendant de la DGSN

L’Etat marocain, ses membres, ses dirigeants, ses émissaires voyagent régulièrement à bord des avions des FRA, pour des missions officielles urgentes. La flotte est diversifiée, elle va des types Mystère au King et, généralement, elle embarque au maximum 8 à 12 passagers. Le Gulfstream G650, moderne et équipé normalement, répond en effet aux nouvelles exigences du voyage et des missions afférentes aux actions de l’Etat, et pas plus que les appareils des générations précédentes, il ne se caractérise par des moyens exagérés.

L’histoire qu’il est doté de système anti-missile, de moyens sophistiqués pour, comme il a été dit,  « détourner des attaques de batteries de missiles en provenance de systèmes et de rampes de lancement « jihadistes » » relève à coup sur du phantasme et dans le cas précis de l’intox. Ce n’est pas un avion de chasse militaire, de guerre ou un supersonique…Encore ces fake-news qui, plus on monte dans la hiérarchie informationnelle des personnalités haut placées, plus on verse dans le sensationnalisme racoleur, mais moins nous sommes dans la réalité toute simple consistant en un besoin naturel des FRA de renouveler de vieux appareils ayant plus de 25 ans d’exercice. L’appareil acquis est un nouveau modèle de sa lignée, ce n’est plus le 350, ou le 550, mais le G650.

Propriété des FRA, il remplit sa mission d’un appareil au service des actions du Maroc, de sa diplomatie, de transport en urgence de personnalités civiles, de hauts officiers militaires – tout comme il en existe de par le monde.


Hassan Alaoui est le Directeur de la publication de « Maroc diplomatique » , il a dirigé pendant de longues années la rédaction du quotidien « Maroc Soir » et du « Matin » . Il a été aussi éditorialiste des mêmes titres. Il a collaboré à plusieurs autres titres de presse. Auteur du livre « Guerre secrète au Sahara occidental », il suit et analyse pour nous l’actualité politique, nationale, régionale et internationale.