A LA UNEInterview

Karim El Mezouar, DG de HAMAG « Nous allons renforcer notre présence aux ports de Laâyoune et Dakhla »

 Depuis 2011, HAMAG Group, société leader du transport tant à l’échelle nationale qu’internationale, s’active à satisfaire ses clients et à répondre à leurs attentes, professionnalisme, engagement et efficience chevillés au corps. Fort de son expérience et riche par son expertise, le Groupe s’enorgueillit d’avoir un large réseau international de correspondants dans les quatre coins du monde. Aussi faciliter les échanges nationaux et internationaux par voie terrestre, maritime ou encore aérienne et offrir des solutions logistiques adaptées et intégrées constituent-il le fer de lance de HAMAG. De ce fait, un large éventail de services est proposé par cet affréteur et courtier de renom, qui a pu s’imposer dans tous les segments de navires. En effet, agent maritime et consignataire de navires, freight forwarding, transitaire agréé en douane, affrètement et courtage de navires, gestion logistique de projets industriels, entreposage, tels sont, entre autres, les prestations qu’offre HAMAG Group dont la qualité du service est au cœur de ses préoccupations. Dans cet entretien, Karim El MEZOUAR, DG de HAMAG, nous rapproche plus du Groupe leader dans son domaine.

 MAROC DIPLOMATIQUE : HAMAG, Harbour & Maritime Services Agency, est née comme agence maritime qui s’est rapidement transformée en opérateur global et intégré, offrant toute la chaîne du transport maritime, comment s’est opérée cette transformation ? 

– Karim EL MEZOUAR : Il faut dire que cette transformation est une continuité de la stratégie mise en place lors de la création de HAMAG. Elle est également le fruit du partenariat avec nos associés espagnol, italien et belge. Nous proposons des prestations de qualité qui répondent aux attentes de nos clients conformément aux tendances et aux standards les plus pointus. Pour cela, il s’agit d’offrir un service intégré et global, adapté aux besoins de nos partenaires qu’ils soient importateurs ou exportateurs. A cet égard, nous leur proposons des solutions «door to door» et aussi d’être servis par un seul interlocuteur (un modèle de guichet unique). Force est de constater qu’aujourd’hui, cette formule a montré sa pertinence dans différents domaines.

MD : Outre l’expertise dont jouit aujourd’hui la société, elle s’appuie aussi sur un solide réseau de partenaires internationaux. Quel est concrètement leur apport à l’action de la société ?  

 – K.E.M : Grâce à l’expertise internationale probante de nos partenaires, et à l’étendue de leurs réseaux respectifs à l’étranger, Hamag développe solidement ses partenariats sur différents pays. D’autant plus que notre Groupe est membre actif de larges réseaux professionnels d’agents correspondants. Cela nous assure, bien entendu, une présence globale et effective dans chaque port des 5 continents.

Les membres de ces réseaux sont sélectionnés selon plusieurs critères, ce qui n’est pas sans importance puisque cela garantit assurance, fiabilité et confiance à nos clients…

MD : Assurer à ses clients un accompagnement quotidien et une haute qualité de service et s’adapter régulièrement à leurs exigences sont les principaux engagements de HAMAG. De quels moyens dispose donc la société pour respecter ses engagements ? 

HAMAG dispose d’abord d’un capital humain hautement qualifié, des femmes et des hommes de terrain, avec des expertises de plus de 20 ans et également des juniors fraîchement diplômés ; tous dévoués et engagés à offrir un accompagnement personnalisé et de qualité à nos clients. Nous veillons à la formation continue, à la certification qualité de nos process, et à la digitalisation de nos services. Les profils pointus et ambitieux de nos ressources humaines sont le gage de notre succès et de la confiance de nos clients.

MD : En tant qu’agent maritime et consignataire de navires, en quoi consistent précisément les activités de HAMAG ? Autrement dit, quel lien entre l’agent maritime et le commerce extérieur 

– K.E.M : L’agent maritime est un acteur majeur dans la cartographie du commerce extérieur. D’ailleurs, plus de 95% des échanges commerciaux du Maroc avec l’étranger se font via le transport maritime.

En règle générale, les frets maritimes passent essentiellement à travers un agent consignataire, tels que HAMAG. Chaque escale est obligatoirement préparée et conduite sous la supervision et la coordination dudit agent, qui joue le rôle de représentant légal et commercial des armateurs ou opérateurs de navires pour la durée de leur amarrage dans les différents ports du Royaume.

Pour nos partenaires, nous sommes donc l’unique interlocuteur avec les différentes autorités (police, douane, autorité portuaire, sanitaires, etc…) et veillons à la bonne marche de l’escale grâce à notre parfaite maîtrise de l’environnement des activités du pays, du port et des divers intervenants disponibles sur place.

Nous sommes aussi l’intermédiaire qui garantit que les marchandises à l’export sont dûment mises à bord et que les cargaisons en arrivage sont remises aux importateurs selon les termes convenus. La qualité de nos échanges avec ces divers interlocuteurs joue un rôle important sur l’image de marque de l’armateur et son positionnement dans le marché local.

MD : HAMAG est aussi membre du Conseil de l’Association Professionnelle Des Agents Maritimes (APRAM). Quel rôle lui est-il attribué au sein de cette association ? 

– K.E.M : En tant que Directeur Général de HAMAG, je suis membre administrateur/assesseur au sein du Conseil d’administration de l’APRAM.

J’accompagne également l’association et son Président pour accomplir les différentes missions attribuées et pour défendre les intérêts de notre profession.

MD : Quelles actions sont-elles menées en faveur de la profession maritime et du commerce extérieur 

– K.E.M :  La mission primordiale de l’APRAM est la défense des intérêts de la profession et des opérateurs économiques qui en font partie.

En tant qu’organe de liaison avec le ministère de tutelle, les pouvoirs publics et les différentes administrations, l’association œuvre à défendre les intérêts moraux et matériels de ses membres, ainsi que celle du titre d’agent maritime. Elle veille également au respect des lois et règlements qui régissent la profession, ainsi que des pratiques en vigueur au sein de celle-ci.

L’association vise toujours l’excellence dans l’exercice de la profession à travers des formations ainsi que des certifications notamment aux normes qualité FONASBA, qui est la Fédération internationale regroupant les différentes associations professionnelles d’agents maritimes dans le monde.

Grâce à l’implication de l’APRAM dans un programme de mise à niveau, la profession a atteint le niveau de maturité souhaité.

Entre autres actions structurantes, il y a le maintien d’une excellente réputation de l’association dans le monde tant et si bien que le président a été également élu président de la FONASBA, il y a 2 ans de cela. Un signe fort de la confiance et de l’expertise dont jouit l’équipe de l’APRAM et qui est en soi, une reconnaissance des compétences des agents maritimes marocains !

MD : Impactée par la pandémie, 2020 a été une année difficile pour l’ensemble des secteurs. Quel bilan faites-vous de la situation de HAMAG et de celle du secteur en général, lors de cette année ? 

– K.E.M : Tout d’abord, en tant qu’agent maritime, nous avons connu une baisse d’activité due à l’annulation d’un certain nombre d’escales et de quelques services que nous offrons. Force est de rappeler que toutes les escales des navires de croisière ont été annulées ainsi que les services liés au Crewing et changement d’équipage.

Ensuite et en tant que freight forwarder dans le secteur aérien, nous avons enregistré une chute du chiffre d’affaires, sur plusieurs mois, suite à l’annulation des vols aériens passagers vers et depuis plusieurs pays avec qui nous avons des échanges commerciaux.

Seuls les compagnies cargo ont maintenu leurs vols ; ce qui a induit une surenchère des prix du fret et poussé les quelques importateurs et exportateurs qui n’étaient pas en arrêt d’activité à annuler leurs opérations à cause des prix élevés.

Enfin, la diversification des activités des secteurs que nous servons nous a permis de maintenir notre «navigation», malgré l’arrêt d’activité de plusieurs de nos clients. Mais cela n’empêche que nous avons rencontré des difficultés au niveau de la trésorerie à cause des défauts ou des reports de paiement ou de fermetures des unités industrielles et sociétés.

Heureusement et grâce à la santé financière de notre groupe et aux solutions de financement mises en place par l’Etat pour répondre aux directives de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, que Dieu le glorifie, nous avons pu maintenir le cap et assurer notre relance post-confinement.

MD : Quels projets et/ou réalisations prévoyez-vous pour 2021 ? 

– K.E.M :  Nos projets stratégiques sont en bonne voie. Nous comptons continuer notre développement et intégration verticale et aussi développer notre transformation digitale entamée depuis plusieurs mois.

Nous allons également renforcer notre présence dans les provinces du Sud du Royaume, dans les ports de Laâyoune et Dakhla qui connaissent une réelle dynamique d’investissement et de nouveaux projets.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page