L’Afrique doit tirer profit de sa diaspora

 L’Afrique doit tirer grand profit de sa diaspora qui peut constituer un véritable levier du développement, ont souligné les participants à la 6è édition de HUB Africa, plateforme des investisseurs et entrepreneurs du continent, dont les travaux ont été ouverts mercredi à Casablanca.

 L’Afrique doit tirer grand profit de sa diaspora qui peut constituer un véritable levier du développement, ont souligné les participants à la 6è édition de HUB Africa, plateforme des investisseurs et entrepreneurs du continent, dont les travaux ont été ouverts mercredi à Casablanca.

On ne mesure pas toujours la force ni les atouts de cette diaspora dispersée un peu partout à travers le monde, bien que sa contribution à la construction du pays d’origine peut se révéler bien plus importante qu’elle le paraît, ont-ils relevé à l’ouverture de cette rencontre placée sous le Haut patronage de SM le Roi sur le thème “La diaspora africaine au service du développement du continent”.

Si l’utilité de toute diaspora n’est plus à démontrer, surtout quand elle concentre une forte communauté de personnes, son importance se ressentira davantage avec la sévère crise financière internationale, ont-ils fait observer, soulignant que ce Forum vise principalement à développer le partenariat et les investissements entre les pays africains.

Dans son allocution, Aziz Rabah, ministre de l’énergie, des mines et du développement durable a notamment appelé à la constitution d’un réseau des diasporas africaines, installées dans différents continents, afin de participer au développement de leurs pays respectifs et par conséquent au développement de toute l’Afrique.


Il a, en outre, souligné la nécessité de renforcer les échanges d’expériences entre ces communautés afin de mieux connaitre les potentialités dont regorge l’Afrique et s’informer au sujet des mutations accélérées notamment dans le secteur économique dans différents pays du continent.

Après avoir mis en exergue le rôle que joue le Maroc pour favoriser le développement de l’Afrique, dans le cadre de la coopération sud-sud, le ministre a noté qu’en dépit de la faiblesse des taux de croissance mondiaux, l’Afrique continue d’être le continent où l’on peut faire des affaires. Plusieurs institutions régionales et internationales se penchent sur des initiatives d’accompagnement de projets lancés sur le continent, a-t-il fait observer.

Pour sa part, Le président de HUB Africa, Zakaria Fahim, a expliqué que le choix du thème de cette édition “n’est pas fortuit”, mais il reflète, bel et bien, “un témoignage du rôle important des communautés africaines établies dans les quatre coins du monde”.

Cette rencontre est destiné aux investisseurs, entrepreneurs et porteurs de projets souhaitant exporter en Afrique, a-t-il fait remarquer, estimant que le Forum a réalisé “un saut qualitatif” avec une montée en gamme des projets et des échanges intra-africains, mais aussi nord-sud, en s’ouvrant au fil des éditions à de plus en plus de pays et d’acteurs.


>>Lire aussi : Casablanca: Plus de 26 pays à la 6è édition de HUB Africa

“HUB Africa constitue désormais une plateforme idéale aux investisseurs africains pour le partage et l’échange d’expériences et d’expertises et la création de nouveaux partenariats au Maroc, devenu un pôle économique par excellence”, a-t-il relevé, ajoutant que ce rendez-vous représente “un outil d’accompagnement par excellence” des entrepreneurs africains vers la réussite en mettant à leur disposition tout l’écosystème pour leur développement, aussi bien dans leur pays qu’à l’international.

Pour sa part, Alioune Gueye, commissaire général de HUB Africa, a appelé à investir sur le continent pour booster l’entrepreneuriat, encourager la viabilité des projets des entrepreneurs et les aider à s’ouvrir aux autres marchés en général et africains en particulier. 

L’évènement connaîtra le lancement de la 1-ère édition du “Bootcamp HUB Africa”, un side event visant “à connecter les lauréats des 10 pays participants au Pitch HUB Africa pendant 5 jours à Casablanca pour accélérer le développement de leurs projets”, a-t-il fait savoir.


De son côté, le président de l’Association des exportateurs marocains (ASMEX), Hassan Sentissi a appelé à ‘’construire le retour’’ de cette diaspora à travers son accompagnement à investir, à s’épanouir et à mettre sa pierre sur l’édifice de développement du Continent. ‘’Il est de notre plus grand intérêt d’aider l’Afrique à libérer tout son potentiel économique’’, a-t-il dit.

En vue de saisir les opportunités d’investissement et partenariat existantes, M . Sentissi a lancé un appel ‘’aux autorités des différents pays africains’’ pour assouplir les formalités de visa en faveur des Hommes d’affaires, ce qui leur permettra de ‘’multiplier leurs actions de prospection des marchés qui les intéressent’’

Au menu de cette manifestation de deux jours, figurent, entre autres, des rencontres B to B, des ateliers thématiques et des plénières sur “L’intégration du Maroc à la CEDEAO : un levier pour être le Hub Africa”, “La diaspora africaine au service du développement du continent”, ” Cyber sécurité au service du développement de la valeur de nos entreprises”, “Regards croisés d’entrepreneurs africains” et “La diplomatie économique Afrique du Maroc”.

La cérémonie d’ouverture de ce Forum Coorganisé par ASMEX et l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), a été marquée par la présence de plusieurs personnalités locales et étrangères, dont le président de la région Casablanca-Settat, Mustapha Bakkory, le Maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari le Wali de la région, Abdelkébir Zahoud, et l’ancien premier ministre guinéen et ex-Secrétaire général de la CEDEAO, Lansana Kouyate 


Cette rencontre, qui a été marquée par la signature d’une série de conventions de coopération entre différentes parties participantes à cette édition, est rehaussée par la participation d’une trentaine de délégations africaines, ainsi qu’une pléiade de ministres de responsables africains de haut niveau.