Le 11ème Forum mondial sur la migration et le développement co-présidé à Marrakech par L’Allemagne et le Maroc

la migration

Co-présidé par le Maroc et l’Allemagne ; le 11ème « Forum mondial sur la migration et le développement »  prévu du 05 au 07 décembre 2018 à Marrakech se tient à un moment crucial où la  migration occupe une place importante dans l’agenda politique international suite à la Déclaration de New York de septembre 2016, aux préparatifs liés à l’élaboration d’un Pacte mondial pour les migrations et d’un Pacte mondial pour les réfugiés.

Dans ce sens, il y’a lieu de signaler que les positions prises à l’égard de la migration continuent d’évoluer, mais des différences significatives persistent. D’une part, la migration est devenue une question plus sensible dans les pays confrontés à de graves problèmes d’intégration ou de marché du travail ; de nombreux migrants perdent la vie en mer et dans le désert, tandis que l’extrême pauvreté, les inégalités entre les sexes et les catastrophes naturelles continuent de pousser les gens à se déplacer.

D’autre part, les effets positifs de la migration, lorsqu’elle est bien gérée, sont de plus en plus reconnus, et de nombreux gouvernements partout dans le monde portent un intérêt de plus en plus marqué aux moyens permettant d’optimiser les avantages de la migration par le biais d’un nombre plus important de partenariats internationaux afin de s’assurer que la migration est bénéfique pour tous.

La présidence conjointe du FMMD, qui a été confiée à l’Allemagne et au Maroc et qui est l’exemple le plus récent de cette approche positive ; est une initiative unique pour au moins trois raisons.

Premièrement, Elle place les partenaires des pays du Nord et du Sud sur un pied d’égalité pour diriger les discussions sur les préoccupations communes en matière de migration.


Deuxièmement, Pour la première fois, ces deux gouvernements ont défini des objectifs clairs et ciblés pour le FMMD à horizon de deux ans (une période qui coïncide avec l’élaboration du Pacte mondial pour les migrations et la mise en œuvre rapide des cibles en matière de migration définies dans les objectifs de développement durable ou ODD).

Troisièmement, Les deux gouvernements ont montré l’exemple ces dernières années en introduisant au niveau national des politiques migratoires tournées vers l’avenir.

→ Lire aussi : Le pacte de Marrakech sur la migration servira les intérêts nationaux des pays européens

Aussi ; il y’a lieu de rappeler que la dernière décennie a été une période de transition pour la communauté internationale et pour le FMMD. Des changements fondamentaux ont eu lieu dans le discours sur la migration mondiale depuis 2006, à l’occasion du premier Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement.


Ce premier Dialogue en effet, a permis d’identifier les moyens permettant de tirer le meilleur parti des avantages de la migration internationale pour le développement. L’autre résultat significatif de ce Dialogue a été la proposition formulée par le Secrétaire général de l’ONU et de son Représentant spécial pour les migrations internationales et le développement en faveur de la création du FMMD.

Suite à l’adoption du Programme 2030 en 2015 et à l’inclusion de la cible 10.7, qui a pour objectif de faciliter «la migration et la mobilité de façon ordonnée, sûre, régulière et responsable », la contribution de la migration au développement a été officiellement incluse pour la première fois dans le schéma de développement de l’ONU, de même que les indicateurs qui peuvent être utilisés pour mesurer les progrès dans la manière dont les pays gèrent la migration dans l’optique de favoriser le développement.

Dans la perspective des ODD, le Pacte mondial est vu comme un possible cadre directeur pour la mise en œuvre de la cible 10.7 et pour contribuer à la réalisation de la cible 8.8 en matière de protection des travailleurs migrants, entre autres objectifs et cibles. Depuis 2015, le FMMD a concentré ses efforts sur l’examen et la mise en œuvre des ODD liés à la migration par la mise en place, en particulier, du Groupe de travail ad hoc du FMMD sur le Programme 2030 et le Pacte mondial pour les migrations.

Sur la base des discussions et des débats thématiques en cours à l’échelle mondiale, la présidence conjointe s’est fixée pour priorités de :


  • mettre l’accent sur les liens entre le FMMD, le Pacte mondial et le Programme 2030, qui ont été mis en avant dans le document intitulé « Recueil thématique 2007 – 2017 » présenté par le FMMD au processus du Pacte mondial, et dont l’importance sera soulignée lors des tables rondes de 2018.
  • analyser la contribution du FMMD au dialogue mondial et à l’élaboration de politiques en matière de migration et de développement. Il est proposé qu’un examen décennal soit mené par un expert ou une agence externe afin de mettre en évidence les succès et les défis rencontrés par le FMMD dans la prise en compte de la migration du point de vue du développement.

ABOU ZOUHEIR