Le gouvernement britannique rejette une pétition demandant l’annulation du Brexit

Brexit

Le gouvernement britannique a rejeté mercredi une pétition demandant l’annulation du Brexit, qui a recueilli plus de 5,8 millions de signatures.

Dans une déclaration officielle en réponse à la pétition lancée sur le site du Parlement britannique, le ministère chargé du Brexit a déclaré que “le gouvernement mène une politique ferme l’empêchant de révoquer l’article 50 (qui organise la sortie d’un Etat de l’Union européenne)”.

“Nous allons honorer les résultats du référendum de 2016 et nous œuvrons pour une sortie bénéfique pour tous, aussi bien pour ceux qui ont voté pour quitter l’UE que pour ceux qui souhaitent y rester”, a souligné le ministère, ajoutant que le fait de révoquer l’article 50 et de rester au sein de l’Union européenne “minerait à la fois la démocratie” britannique et “la confiance que des millions d’électeurs ont placée en le gouvernement”.

Le département en charge de la mise en oeuvre du Brexit a toutefois reconnu le “nombre considérable” de personnes ayant signé la pétition, faisant savoir que le gouvernement a promis à chaque ménage avant le référendum de 2016, que le résultat de ce dernier “serait mis en œuvre”.

Il a également rappelé que 80% de ceux qui ont voté aux élections générales de 2017 ont élu des représentants, “qui se sont engagés à défendre le résultat du référendum”.


→ Lire aussi : Brexit : Le parlement britannique amené à voter mercredi sur un plan alternatif

Par ailleurs, “révoquer l’article 50 romprait les promesses faites par le gouvernement au peuple britannique, irait à l’encontre des instructions claires données par un vote démocratique et réduirait la confiance en la démocratie” du pays, lit-on aussi dans cette déclaration.

Le ministère a noté que “17,4 millions de personnes ont voté en faveur de la sortie de l’Union européenne”, ce qui constitue “un résultat démocratique important”.

Il a aussi rappelé les multiples mises en garde de la Première ministre Theresa May, selon lesquelles l’annulation du Brexit causerait “un préjudice potentiellement irréparable à la confiance du public”.


Le Royaume-Uni peut retirer unilatéralement sa lettre de rupture avec l’UE au titre de l’article 50 du traité de Lisbonne, sans aucun accord avec les Européens. Il demeure jusqu’à présent libre de rester membre du bloc des 27 avec les conditions actuelles.

La pétition mise en ligne sur le site du Parlement, devrait être débattue par les députés le 1er avril après avoir franchi le seuil des 100.000 signatures. Elle a atteint à présent 5,8 millions de signatures, un record sans précédant sur la rubrique parlementaire des pétitions électroniques au Royaume-Uni.