A LA UNESociété

L’UNICEF s’inquiète des enlèvements visant les enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) a exprimé ses “profondes inquiétudes” des attaques et des enlèvements visant les enfants dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Selon l’agence onusienne, le dernier épisode de cette longue série est intervenu le 5 juillet dernier quand 150 élèves auraient été enlevés dans une école de l’État de Kaduna, au Nigéria.

Cela constitue le dernier incident en date d’une série alarmante d’attaques contre des enfants et d’enlèvements, notamment d’élèves, dans certaines régions d’Afrique occidentale et centrale“, a déclaré Henrietta Fore, la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), dans un communiqué.

L’ONU estime qu’au moins 950 élèves ont été enlevés de leurs écoles par des hommes armés depuis décembre dernier au Nigéria. Rien qu’au cours des six dernières semaines, près de 500 enfants ont été enlevés lors de quatre incidents distincts dans le centre et le nord-ouest du pays.

→ Lire aussi : Lancement des “Rendez-vous de l’UNICEF 2.0” dédiés aux droits de l’enfant

Selon l’UNICEF, beaucoup de ces enfants n’ont pas encore été libérés. “Il est difficile d’imaginer la douleur et la peur que ressentent leurs familles et leurs proches en leur absence“, a ajouté Mme Fore, relevant qu’il ne suffit pas “de condamner ces crimes, pas quand des millions d’enfants sont confrontés à une crise de protection qui s’aggrave“.

Au Niger voisin, des attaques contre des enfants, des familles et des écoles ont également lieu, déplore l’agence onusienne, précisant que depuis le début de l’année, des groupes armés ont tué près de 300 personnes, dont 45 enfants, lors d’assauts coordonnés contre des villages des régions de Tillabéry et de Tahoua.

Plus largement, l’UNICEF s’inquiète du fait que, comme par le passé, les groupes armés non étatiques et les parties au conflit au Burkina Faso, au Cameroun, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo (RDC), au Niger et au Nigéria vont intensifier ces activités violentes au cours des prochaines semaines, à l’approche de la saison des pluies, lorsque leurs mouvements pourraient être limités par les inondations.

Ces incidents semblent être de plus en plus fréquents, ce qui fait craindre pour la sécurité et le bien-être des enfants de la région“, a fait valoir Mme Fore.

Déjà en 2020, selon le dernier rapport du Secrétaire général des Nations unies sur les enfants et les conflits armés, 1 enfant sur 3 victimes de violations graves se trouvait en Afrique de l’Ouest et du Centre. Au Burkina Faso, cela se traduit par des attaques contre les civils et autres violations du droit international humanitaire, qui ont connu “un pic significatif ces dernières semaines“, ajoute-t-on.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page