M. Abdeljalil Lahjomri fait Docteur Honoris Causa du Conservatoire national des arts et métiers à Paris

Le secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc Abdeljalil Lahjomri a été fait Docteur Honoris Causa du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), lors d’une cérémonie organisée mardi soir à Paris.

Au cours de cette cérémonie rehaussée par la présence de plusieurs personnalités marocaines et françaises du monde académique et universitaire, l’administrateur général du CNAM Olivier Faron a remis le titre et les insignes de Docteur Honoris Causa du Conservatoire à M. Lahjomri.

Le CNAM a souligné, à cette occasion, que M. Lahjomri a été tout au long de sa carrière un infatigable promoteur de l’éducation, de la formation et de l’enseignement marocains, rappelant qu’il est auteur de nombreux ouvrages, au premier rang desquels une thèse sur “L’image du Maroc dans la littérature française de Loti à Montherlant”.

Il a aussi relevé qu’à travers l’ensemble de ses activités, notamment au sein de commissions nationales pour la formation et l’éducation, il se retrouve pleinement dans les valeurs portées par le Conservatoire national des arts et métiers de promotion sociale, de formation et de diffusion de la culture scientifique.


Prononçant l’éloge de M. Lahjomri lors de cette cérémonie solennelle, le président de l’Institut du Monde Arabe (IMA), Jack Lang a souligné que cet académicien a accompli des œuvres essentielles pour l’éducation, le savoir et la culture dans le Royaume, notant qu’il est également le fondateur de l’association Maroc-cultures, initiatrice du festival Mawazine.

L’ancien ministre français de la culture a aussi mis en exergue la mobilisation de M. Lahjomri pour l’innovation pédagogique et son engagement en faveur de la promotion de la langue française et de la Méditerranée à travers la création de l’association Rives méditerranéennes.

M. Lang a en outre indiqué que sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc incarne une philosophie de tolérance et de respect, relevant que la Constitution de 2011 qui revendique la diversité des héritages culturel et spirituel du Royaume est unique en son genre dans le monde.

Pour sa part, le recteur de l’Académie de Paris Gilles Pécout a rappelé l’œuvre et l’action de M. Lahjomri et son attachement à la promotion des valeurs méditerranéennes, mettant en avant la sensibilité critique de l’académicien marocain.


Il a par ailleurs réitéré l’attachement de l’académie française à renforcer les liens et les relations du savoir avec le Maroc.

Prenant la parole à son tour, M. Lahjomri a s’est dit très ému par cette distinction qui, a-t-il dit, constitue un moment particulier dans son parcours professionnel et personnel, soulignant le rôle important de la culture et de l’éducation dans le rapprochement entre les deux pays.

La culture porte des valeurs de liberté et de beauté, a-t-il dit, rappelant les activités éducatives très riches du CNAM au Maroc.

Cette distinction vient honorer l’université marocaine et le secrétariat perpétuel de l’académie du Royaume, a-t-il ajouté, faisant observer que la relation entre le Maroc et le CNAM est très particulière et reflète la coopération et l’amitié franco-marocaine.


Amoureux de la langue française et de son patrimoine littéraire, M. Lahjomri avait fondé le département de Langue et littérature françaises de l’Université de Fès.

Directeur de l’École normale supérieure de Rabat, puis premier doyen de la faculté des Sciences de l’éducation de l’Université Mohammed V, il sera directeur du Collège royal de Rabat.