Malgré une économie en berne, les géants de la tech affichent une bonne santé

tech

Le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis s’est contracté à un taux annuel record de 32,9 % au deuxième trimestre sous l’effet de la pandémie du coronavirus mais les géants de la technologie défient ce climat de morosité en affichant de bonnes performances.

Les quatre grandes entreprises du secteur, en l’occurrence Google, Amazon, Facebook et Apple, aussi désignés sous l’acronyme GAFA, ont fait état jeudi de 28 milliards de dollars de bénéfices combinés. Au lendemain d’une audience de leur patrons devant le sous-comité antitrust du Congrès américain, les Gafa ont confirmé leur bonne santé défiant l’un des pires ralentissements économiques jamais enregistrés par la première économie au monde.

“Même si les entreprises ont ressenti une certaine peine à cause du ralentissement des dépenses, elles ont démontré, comme l’ont soutenu les critiques, qu’elles opèrent sur un terrain de jeu différent de celui du reste de l’économie”, écrit le New York Times.

Mercredi, le panel du Congrès a longtemps interrogé les dirigeants des entreprises – Jeff Bezos d’Amazon, Tim Cook d’Apple, Mark Zuckerberg de Facebook et Sundar Pichai d’Alphabet – sur le contrôle qu’il opère sur le marché et leurs pratiques commerciales anticoncurrentielles. Amazon semble être le grand gagnant de l’actuelle crise sanitaire sans précédent avec un chiffre d’affaires de 40% par rapport à il y a un an et des bénéfices qui ont doublé pour atteindre 5,2 milliards de dollars. Les bénéfices de Facebook ont bondi de 98% alors qu’Apple, a enregistré un bénéfice de 11,25 milliards de dollars grâce à une augmentation de ses ventes à travers le monde, en dépit de la fermeture de nombre de ses magasins sous l’effet de la pandémie.

Seul exception, les revenus publicitaires d’Alphabet, la maison mer de Google, ont reculé mais il a quand même fait mieux qu’anticipé par Wall Street.


Alphabet a déclaré que les revenus générés par les annonces de recherche Google avaient chuté de 10%, ce qui a affecté le chiffre d’affaires global de l’entreprise pour la première fois de son histoire. Reste que sa performance dépasse ses concurrents, Microsoft ayant fait état, la semaine dernière, d’une baisse de 18% des revenus publicitaires sur les recherches. «Les plus forts continuent de se renforcer», a déclaré Dan Ives, directeur général de la recherche sur les actions chez Wedbush Securities cité par le New York Times qui ajoute qu’à l’heure où de nombreuses entreprises sont en train de s’effondrer, les piliers de la technologie “continuent de gagner en masse et en puissance dans cet environnement»

Jeudi, le département américain du Commerce a indiqué que le produit intérieur brut des Etats-Unis a fortement chuté au deuxième trimestre de l’année, les consommateurs ayant réduit leurs dépenses. Il s’agit de la plus forte baisse jamais enregistrée qui fait entrer le pays en récession. La flambée des cas d’infection au coronavirus depuis la mi-juin semble ralentir la reprise dans certains Etats. Les économistes s’attendent à ce que la première économie du monde retrouve sa croissance au troisième trimestre.