Manifestations en Irak: le bilan des victimes s’alourdit à 25 morts

manifestations
manifestations

Le bilan des victimes des violences qui ont entaché les manifestations anti-gouvernementales de vendredi soir dans la place Khallani au centre de Bagdad s’est alourdi à 25 morts et 120 blessés, selon des sources médicales.

D’après ces sources, la majorité des victimes ont été touchées par des balles réelles, alors que d’autres portaient des blessures à l’arme blanche. La presse fait également état de la mort de quatre policiers tués par des assaillants qui tiraient depuis les étages dans le noir vers les rues en contrebas, selon des témoins.

→ Lire aussi : En Irak, les politiques négocient sous la pression persistante de la rue

Des hommes armés à bord de voitures tout terrain avaient envahi, vendredi soir, la place Khallani où s’étaient rassemblés des protestataires contre le gouvernement et les partis politiques, avant d’ouvrir le feu de manière indiscriminée sur ces manifestants.

La fusillade s’est poursuivi pendant plus d’une heure avant l’intervention des forces de l’ordre, ce qui a amené les manifestants à accuser celles-ci de collusion avec les assaillants. Cet évènement vient rompre l’accalmie de six jours qui s’était installée après la démission dimanche du gouvernement d’Abdel Mahdi.


D’après les chiffres du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme en Irak, quelque 460 personnes ont perdu la vie, dont une majorité de manifestants, depuis l’éclatement du mouvement de protestation anti-gouvernementale en octobre dernier.