Le ministre de l’Education nationale affirme n’avoir reçu aucune demande de rencontre de la part du syndicat marocain de l’enseignement

Le ministre de l'Education nationale affirme n'avoir reçu aucune demande de rencontre de la part du syndicat marocain de l'enseignement
Tenue, mardi (03/01/17) à Rabat, d’une rencontre sur « le rôle social de l’université dans les pays émergents et les opportunités qu’elle offre au dialogue et à la coopération Sud-Sud », en présence du président de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), M. Enrique Graue Wiechers.

Le ministre de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saïd Amzazi, a affirmé n’avoir reçu aucune demande de rencontre de la part du syndical marocain de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, avant l’annonce de l’organisation d’un sit-in de protestation devant le siège de ce département.

Dans un communiqué publié en réponse à ce qui a été véhiculé par des sites électroniques et des réseaux sociaux concernant “l’échec du dialogue avec les syndicats sectoriels”, le ministère précise que contrairement à ces informations erronées, le dialogue avec les syndicats les plus représentatifs du secteur de l’éducation nationale a été positif et marqué par un esprit de responsabilité.

Durant ce dialogue, les deux parties ont évoqué tous les dossiers revendicatifs et décidé de poursuivre les discussions dans le cadre des commissions thématiques créées à cette fin et d’adopter une approche participative afin de relever les défis auxquels fait face le système éducatif, conformément à la vision stratégique 2015-2030, ajoute la même source.

>>Lire aussi : Réunion consacrée à la reconnaissance des études et diplômes de l’enseignement supérieur dans les Etats arabes du 7 au 9 mars à Rabat


Le ministère a réitéré sa volonté d’engager un dialogue “positif et productif” avec les syndicats les plus représentatifs en vue de promouvoir le rôle des acteurs pédagogiques et d’améliorer leurs conditions de travail, tout en prenant en considération l’intérêt des élèves et des étudiants.

Le département appelle les médias à soutenir les efforts déployés à cet égard et à se mobiliser aux côtés de toutes les potentialités de la société pour promouvoir le système d’éducation, de formation et de recherche scientifique et rétablir la confiance dans l’école marocaine, conclut la même source.