New Delhi : La pollution de l’air a grimpé au pallier “dangereux”

New Delhi
New Delhi

L’Indice de la qualité de l’air (IQA) à New Delhi a grimpé, mardi, dans la catégorie “dangereux” soit un taux de 425, alors qu’une couche de brume couvre depuis trois jours la capitale nationale.

De même, l’IQA dans les villes satellites de Ghaziabad, Noida et Greater Noida a atteint le niveau “marron”, soit respectivement 453, 450 et 436, selon les données fournies par la Commission de contrôle de la pollution (CPCB).

La qualité de l’air, selon la CPCB, restera dans la catégorie “dangereuse” en raison de la combustion continue du chaume dans les Etats du nord, ainsi que des conditions météorologiques qui sont favorables à la propagation de la pollution notamment la pénurie des pluies et la diminution de la vitesse du vent.

→ Lire aussi : Pollution de l’air : La France condamnée par la justice européenne

A New Delhi, les ophtalmologistes ont observé une forte augmentation du nombre de patients souffrant de problèmes oculaires, notamment d’allergie, de brûlures et de démangeaisons.

“Nous observons une augmentation du nombre de patients qui se plaignent de rougeurs, de démangeaisons, de larmoiements dans les yeux. Les patients aux yeux secs subissent une exacerbation due à un niveau de pollution élevé”, a déclaré à la presse l’ophtalmologiste au Delhi Eye Center, Ikeda Lal.

Il a ajouté que les ophtalmologistes observaient une augmentation de 30 à 35% du nombre de patients présentant des problèmes oculaires.

La situation, selon les services de la météorologie nationale, pourrait s’améliorer à partir du 15 novembre en raison d’une augmentation prévue de la vitesse du vent et une hausse de la température, notant que lorsque la température baisse, l’air devient froid et lourd, ce qui empêche les polluants de se disperser.